PHOTO

New Works

PSylvie Rousselle-Tellier
@12 Jan 2008

Des vidéos, ou plutôt des animations digitales, combinant films, dessins figuratifs, photographies et abstractions digitales. Le tout lié par la même histoire, le même mystère, qui se nouent autour de la vie et des œuvres du grand couturier britannique Ossie Clark.

Un destin tragique, voilà ce qui relie Sarah Winchester et Ossie Clark, deux personnalités dont s’inspire Jeremy Blake.

Reading Ossie Clark et 1906 sont des vidéos, ou plutôt des animations digitales, dans lesquelles l’artiste combine des films, des dessins figuratifs, des photographies et des abstractions digitales. Des peintures et des photographies sont également exposées. Toutes ses œuvres sont liées par la même histoire, les mêmes motifs, le même mystère. Reading Ossie Clark est un travail en mémoire à Ossie Clark, grand couturier britannique, et inspiré par lui, sa vie, les textes de ses journaux intimes, ses créations. On retrouve des motifs floraux et géométriques basés sur les motifs des vêtements du couturier. Au premier abord, ce sont les dessins du couturier qui semblent intéresser l’artiste. Mais la lumière de cette œuvre est également inspirée par les vies d’Ossie Clark et de Sarah Winschester.

Après avoir divorcé de sa femme, Clark est tombé amoureux de Nick Balaban, qui est mort du sida. Dans les années 80, son affaire fait faillite, et il est ruiné. Il se tourne alors vers le bouddhisme, arrête de se droguer, mais il est assassiné en 1996 par son amant. La vie de Sarah Winchester est tout aussi dramatique. Vers 1960, elle épouse le fils d’Oliver Winchester, le fabricant de pistolets. La mort de sa fille et de son mari lui font croire que sa famille est maudite. Un médium lui fait croire que les esprits des personnes tuées avec les pistolets Winchester reviennent se venger, qu’elle mourra dès qu’elle aura fini de bâtir sa maison. Elle acheta donc une maison et passa le reste de sa vie à la construire, à la doter d’une multitude d’escaliers ne menant nulle part, comme pour semer les esprits… Les escaliers de Sarah se retrouvent dans la vidéo 1906 (seconde vidéo de la trilogie inspirée par le mystère de la maison des Winchester à San Jose, Californie).

Les vidéos ne sont guère figuratives. Quand la caméra figure un objet — un escalier ou une toiture —, elle se déplace et termine sa course sur une image floue, une abstraction. Puis apparaissent des dessins, des taches colorées qui s’étirent, des grondements assez terrifiants et une sirène qui hurle.

Les œuvres sont de véritables kaléidoscopes dans lesquels la lumière tient un rôle majeur: éclair, gouttes de lumière, ciel étoilé, ligne lumineuse, percées de lumière mais aussi lustres, lampadaires, abat-jour, luminaires. Des vapeurs de lumière qui rappellent la mort, les esprits, mais aussi qui nous en protègent.

Jeremy Blake
Digital C-print
Lord Jimson’s Flat, 2003. 101,6 x 257,8 cm.
Planet Waves, 2003. 101,6 x 257,8 cm.
Look Wath the Wind Blew In Look, 2003. 68,6 x 166.4 cm.
Find a Hidden Door, 2003. 68,6 x 166,4 cm.
Slipping Into Sleep, 2003. 68,6 x 166,4 cm. Vidéos
Reading Ossie Clark, 2003. Animation digitale avec son sur DVD. 9 min en boucle.
1906, 2003. Animation digitale avec son sur DVD. 21 min en boucle. Peintures
Pony BRD, 2004. Huile sur toile. 30 x 25 et 36 x 30 cm.
Fun Circle, 2004. Huile sur toile. 30 x 25 cm.
Bank Houday, 2004. Huile sur toile. 40,5 x 31 cm.
I Know where Sud Barrett Lives, 2004. Huile sur toile. 46 x 31 cm.
Brentwood Sunrise, 2004. Huile sur toile. 30 x 25 cm.