PHOTO | EXPO

Nelli Palomaki

14 Nov - 24 Déc 2014
Vernissage le 13 Nov 2014

Fascinée par les anciennes photographies, Nelli Palomäki explore la tradition du portrait en noir et blanc en combinant méthodes traditionnelles et modernes. Dans les deux séries présentées ici, elle capte l'atmosphère de lieux empreints d’histoire. Plus classiques dans leur forme, ces photographies parlent d’identité à travers le prisme de l’enfance et du devenir adulte.

Nelli Palomäki
Nelli Palomäki

Nelli Palomäki est une jeune artiste finlandaise, diplômée de l’École d’art et de design d’Helsinki. Elle fait partie des jeunes photographes européens les plus prometteurs et a remporté de nombreuses récompenses internationales.

Spécialiste du portrait et fascinée par les anciennes photographies, son travail explore la tradition du portrait en noir et blanc, combinant méthodes traditionnelles et modernes.
En 2010, Nelli Palomäki a effectué une résidence d’artistes à Rouen, au Pôle Image Haute-Normandie. Elle s’est alors intéressée plus particulièrement aux portraits français du XIXe siècle et a recherché dans les brocantes, bouquinistes et antiquaires de la région des tirages originaux. Au fil de ses pérégrinations, elle a découvert le cadre idéal de réalisation de son projet: le Musée Victor Hugo de Villequier. Elle a ainsi imaginé la région à travers les filtres de la nostalgie et du romantisme et présente ici une série de portraits d’enfants et de jeunes gens en tenue d’époque.

«Avec Andréas, Nina et Lily (2010), elle s’attaque à l’image prédominante de la France, chargée de connotations nostalgiques et romantiques associées à la beauté et au raffinement. Elle explore la construction de notre inconscient collectif et ses lieux communs naturels, en recréant l’atmosphère d’un film français typique, teintée d’intérieurs bourgeois fabriqués par les réalisateurs de la Nouvelle Vague, François Truffaut et Claude Chabrol particulièrement.» (Timothy Persons)

Nelli Palomäki sélectionne minutieusement ses modèles, jeunes pour la plupart. Elle les repère dans la rue, et les choisit plus pour ce qu’ils dégagent, leur aura, que pour leur physique. Elle explique ainsi: «chaque portrait que j’ai pu réaliser est aussi une photographie de moi. Ce que je décide de voir, ou plutôt mon rapport aux choses que je vois, détermine irrémédiablement l’image finale. Mais au-delà, c’est l’intensité du moment partagé avec le sujet qui domine le portrait.»

Parallèlement à cette série, est présentée une partie plus récente de son travail, des portraits, en noir et blanc, de jeunes gens, tous issus d’une institution militaire russe. Avec cette série qui a été réalisée au collège naval Nakhimov à Saint-Pétersbourg en 2011, la photographe continue son exploration des lieux empreints d’histoire. Elle capte l’atmosphère atemporelle de ces couloirs, fascinée par la discipline rigoureuse de l’école, les sentiments de solidarité mais aussi la solitude de ses étudiants. Ces portraits, plus classiques dans leur forme, parlent d’identité et de personnalité à travers le prisme de l’enfance et du devenir adulte.

«Les portraits de Nelli Palomäki ne nécessitent aucune explication particulière pour être vus et compris. C’est leur force, en tant que descriptions de l’humanité empruntant le langage que véhicule toute expression photographique naturelle remarquable.» (Peter Michael Hornung)

L’exposition «Nelli Palomäki» est présentée dans le cadre de la 23e édition du festival «Les Boréales».

Vernissage
Jeudi 13 novembre 2014 à 19h30