PHOTO | EXPO

Mois de la photo. Namsa Leuba

23 Mar - 27 Mai 2017
Vernissage le 23 Avr 2017

L’exposition « Namsa Leuba » à la galerie In camera présente, dans le cadre du Mois de la photo à Paris, des clichés de la jeune photographe suisso-guinéenne Namsa Leuba. Des portraits et mises en scène qui interrogent la représentation de l’identité africaine et explorent la dualité culturelle, entre Afrique et Occident.

L’exposition « Namsa Leuba » à la galerie In camera présente, dans le cadre du Mois de la photo à Paris, deux séries photographiques de Namsa Leuba qui explorent les modes de représentation de l’identité africaine à travers les croyances guinéennes.

Namsa Leuba questionne la représentation de l’identité africaine

L’exposition réunit deux séries de photographies de Namsa Leuba qui ont en commun de questionner la façon dont est représentée l’identité africaine par le biais de mises en scènes en pleine nature, qui ont recours à des accessoires, des couleurs et des gestes suivant un langage très stylisé.

La série intitulée Ya Kala Ben, réalisée en 2011, est la première série que Namsa Leuba a effectuée en Haute-Guinée, dans son village familial, lors d’un voyage en Guinée Conakry. Au cours de ce séjour, pendant plusieurs mois, la jeune photographe suisso-guinéenne a assisté à de nombreuses cérémonies et a analysé les artefacts utilisés lors de ces rites, des statuettes qui, dans la cosmologie guinéenne, sont considérées comme des esprits formant les racines du vivant, et que le féticheur par des prières.

A travers la série Ya Kala Ben, Namsa Leuba s’intéresse à la représentation de l’invisible et à la construction et à la déconstruction du corps. Pour y parvenir, elle a créé des costumes et des incantations, prélevé des matériaux comme des mèches de ses cheveux, puis chargé des modèles de ces éléments, avant de les placer devant son objectif. Ainsi détachés de leur cadre traditionnel, ces artefacts sont ensuite fixés par la photographie dans un contexte occidental.

L’hybridité culturelle, entre Afrique et Occident

Les instruments de rituels sont ainsi animés dans une forme nouvelle et pour ainsi dire désacralisés, désormais porteurs d’un sens étranger à la culture guinéenne. Cette démarche est caractéristique du travail de Namsa Leuba qui se définit elle-même comme « euro-africaine » et qui n’a de cesse d’explorer sa double culture.

La série The Kingdom Of Mountains a été réalisée en 2014 au Lesotho. Près du barrage de Katse, au sein d’un paysage naturellement somptueux, Namsa Leuba s’est à nouveau livrée à des mises en scène. Les clichés constituent d’imposants portraits dont les costumes fabriqués par Namsa Leuba porte une dimension théâtrale. Leur succession s’inscrit dans une histoire entre réalité et mystère. Chaque figure traduit une sorte d’hybridité culturelle qui renvoie à la dualité de l’histoire personnelle de Namsa Leuba.