ART | EXPO

Mort ou vivant

26 Juin - 31 Juil 2008
Vernissage le 26 Juin 2008

A l’image du "Bardo", espace intermédiaire post-morthem dans la tradition tibétaine, les oeuvres des frères Chapuisat et celles du Collectif 1.0.3 convoquent un même sentiment: celui de se retrouver dans un espace-temps non datable et non repérable, soit en transformant l’espace, en inversant les frontières entre intérieur et extérieur, ou en utilisant des médias virtuels.

Communiqué de presse
Les frères Chapuisat & le Collectif 1.0.3
Mort ou vivant

Selon le Livre des Morts tibétain, chacun après son décès commence à marcher dans un espace intermédiaire, le Bardo. La traversée dure 49 jours.

Les oeuvres des frères Chapuisat et celles du Collectif 1.0.3 convoquent un même sentiment. Le sentiment émouvant de se retrouver dans un espace-temps non datable et non repérable – finalement hors de soi. Dans une possible représentation personnelle et « post-exotique » du Bardo, un Bardo dans lequel à l’instar des personnages morts du livre d’Antoine Volodine nous aurions envie de demeurer – face à une oeuvre indatable.

Cyril et Grégory Chapuisat travaillent ensemble depuis 2001. Leurs constructions transforment l’espace, inversent les frontières entre intérieur et extérieur et jouent avec la subjectivité de nos sens. Souvent leurs installations requièrent la participation du visiteur qui se trouve placé dans la position d’un explorateur, contraint de faire confiance à ses perceptions. Leurs propositions provoquent des émotions ambiguës qui, comme dans les rêves, mêlent curiosité, surprise et inconfort.

Le Collectif 1.0.3, composé d’Anne Couzon Cesca, François et Arnaud Bernus, s’intéresse à la notion de travail et aux formes rigoureuses issues de l’organisation humaine. Il explore notamment les usages de l’outil informatique, son matériau de prédilection.

Ils rendent visible l’intangible, pointent du doigt les dérives du système capitaliste et leur confèrent une poésie visuelle. Leur univers artistique est bipolaire, à la fois ancré dans les réalités sociales et fondé sur l’utilisation de media principalement virtuels.

Dans l’exposition qui les réunit, il y a des portraits, des maisons qui tentent de tenir debout, des livres blancs, une rosace qui nous suit de l’oeil, une poignée de porte, une structure sur pilotis… Espace intermédiaire au sein duquel le sens comme sensation et le sens comme réflexion ont fusionné dans un équilibre précaire. Une expérience d’être.

« Bardo or not Bardo »?

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Magali Lesauvage sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

Mort ou vivant ?