PHOTO | EXPO

Mondialisation mon amour. Les Dépossédés.

15 Nov - 29 Déc 2012
Vernissage le 15 Nov 2012

Cette exposition regroupe deux corpus artistiques bien distincts, conçus en des territoires différents mais aux mêmes moments, ils reflètent une observation documentaire de la réalité actuelle. Le travail d’Edith Roux d’obédience socio-politique, est le plus composé tandis que celui de Jan Stradtmann, apparemment esthétisant et symbolique relève d’un constat réaliste, extrait des rues et parcs londoniens.

Édith Roux, Jan Stradtmann
Mondialisation mon amour. Les Dépossédés.

Les réunir dans un même espace engendre naturellement un choc visuel créateur d’interrogations sur les méfaits et bienfaits de l’hyper capitalisme mondial. Deux visions se rencontrent, se confrontent, deux mondes à des milliers de kilomètres l’un de l’autre et pourtant si proches: la virtualité de la finance des traders londoniens marchant de consœur avec la modernisation des habitats traditionnels.

Ce mécanisme synchronique nous devient familier, pourtant Ouighours et Traders, All Together! Mondialisation, mon amour!

La composition picturale d’Edith Roux est sous-tendue par une harmonie chromatique d’une telle évidence, que le calme apparent affiché par ces figures humaines semble avoir été plaqué arbitrairement. Ces habitants d’un monde passé sont donc transportés là, figures hiéra-tiques et silencieuses sans état d’âme, au milieu des ruines de leur culture, et respirent une espèce de présence intemporelle, qui réinjecte de la vie à chaque tableau photographique.

De leur évocation intime nous ne saurons rien et ne garderons que cette impression dominante d’ocre et de marron des sols et des pierres, contrebalancée à la fois par les postures droites et minimalistes de ces Ouighours comme des statuettes sacrées, et par ces incrustations de morceaux colorés d’histoire: évocations survivantes fragiles devançant leur destruction prochaine.

Dépossédés de tout, mais pas de leur dignité, tel ressurgit ce constat du monde intérieur de chaque individu devant sa maison, juxtaposé dramatiquement avec le décor objectif de l’histoire collective en route: sinisation à outrance qui broiera tout sur son passage, tels des tremblements de terre, qui auraient pu avoir été la cause de ces dévastations!

Et la frontalité brutale accentue encore une dernière fois la dimension d’icônes byzantines, laissant l’aspect sociologique de l’approche d’Edith Roux au second plan, et la place à une forme de méditation poétique, où notre regard est comme interdit, en apnée face à ces visions en déshérence, derrière lesquelles l’on pourrait déceler, comme ce miroir dans les décombres, la métaphore de l’acte photographique, fait d’absence et de disparition, seulement retenu par le fragile souvenir de papier. (Gilles Verneret)

Consulter l’annonce:
Mondialisation mon amour. Garden of Eden. Belgravia par Jan Stradtmann.

En collaboration avec le réseau Adele.