DANSE | SPECTACLE

Moment donné à la maladie de Charcot

20 Fév - 21 Fév 2016
Vernissage le 20 Fév 2016

Le Centre chorégraphique national de Tours présente les créations Raveling hands, des chorégraphes Edmond Russo et Shlomi Tuizer, et Emportés, du directeur du CCNT Thomas Lebrun. Moment donné à une bonne cause, les recettes engendrées par la présentation de ces deux spectacles seront versées à la lutte contre la maladie de Charcot.

Le Centre chorégraphique national de Tours propose, dans le cadre de sa programmation, les Moments donnés, soirées dédiées à des causes ou à des projets auxquels le Centre chorégraphique national de Tours reverse les recettes réalisées. Dédiée cette année à la lutte contre la Sclérose Latérale Amyotrophique ou maladie de Charcot, en collaboration avec le CHRU de Tours (Centre régional pour la SLA), cette nouvelle soirée présente une création d’Edmond Russo et Shlomi Tuizer et une de Thomas Lebrun, toutes deux interprétées par les danseurs de la formation Coline.

Raveling hands (2015) par Edmond Russo et Shlomi Tuizer

Edmond Russo et Shlomi Tuizer s’appuient sur une écriture du mouvement faisant appel à un axe central fort du corps, amplement relié à une périphérie jaillissante. À cette image, ils composent Raveling hands pour les douze danseurs de la formation Coline, pièce où le groupe agit en colonne vertébrale qui donne force de présence à ses individus. Le Concerto pour piano pour la main gauche de Maurice Ravel sculpte en parallèle à la danse un espace en constante mobilité. Par instant, les dynamiques, les élans de la danse entrent en correspondance avec ceux de la musique, puis ils divergent les uns des autres. Le verbe to ravell, en anglais, porte des sens contraires, à la fois faire et défaire, nouer et dénouer, révéler et dissimuler. Inspirés par le contexte de l’œuvre musicale de Ravel (une partition pour une seule main d’une extrême virtuosité), les chorégraphes cherchent une expression toute particulière dans la présence des mains. Les mains concertent dans un espace alentour, elles s’engagent, fendent l’air, font surgir des volumes imaginaires et agissent sur et entre les corps. Raveling hands tisse une écriture du mouvement exigeante avec une intense partition musicale, un maillage allié à une mise en jeu de qualité de corps et d’écoute des interprètes.

Emportés (2015) par Thomas Lebrun

«Cette proposition réunit plusieurs directions de travail qui me sont proches. Il me semble qu’elles sont utiles à l’interprète pour saisir les enjeux de mon écriture chorégraphique- sens du mouvement et une pensée de la danse- circulations, résistances, oppositions, dissociations, épaisseur, contraste, générosité, amplitude…se laisser emporter vers de nouveaux chemins et vers une sincérité lisible. Emportés par un rythme intérieur tenu et continu, par un tempo musical imposant. Être emportés. Par une écriture qui naît de sensations intérieures et de partitions rigoureuses. Par les intentions simples d’un regard ou d’une main, par le déséquilibre, par des états traversants parfois au bord de la conscience. Par l’autre, par le groupe, mais aussi «en porté» par d’autres corps. Par la marche qui tend vers l’inconnu ou qui rejoint un lieu paisible. Se délester de tout apparat. S’emporter pour avancer.» Thomas Lebrun (octobre 2015)