PHOTO

Mobi junior

Comment les enfants imagineraient-ils leur intérieur ? C’est la question initiée par le projet « Mobidécouverte », mené depuis déjà deux saisons entre des écoles primaires et des professionnels de l’ameublement. Mais ne nous méprenons pas, il ne s’agit pas de faire de nos enfants de véritables créateurs : l’enjeu est d’ordre pédagogique et culturel. S’inscrivant dans un cadre scolaire, autour d’un enseignant, d’un designer et d’un fabricant, ce projet permet aux enfants d’aborder autrement les disciplines scolaires comme les mathématiques, le français ou la technologie, en les appliquant à un projet concret, fruit de leur imagination.

Sont exposés en vitrine plusieurs prototypes aux formes animales ou végétales. Une banquette Fourmi, une chaise Ronde de fleurs, une étagère Soleil brillant, témoignent de l’imaginaire figuratif des enfants. Alors que nous projetons souvent le monde de l’enfance comme une miniaturisation du monde adulte, ces meubles sont surdimensionnés, puisque les enfants voient les choses de bas en haut, donc en grand, et de préférence sans angles droits, à l’instar de cette assise Banana Relax, aux formes arrondies.

Caractère narratif de l’objet, rapport ludique à la fonction, confort protecteur… Ces grands principes ont été regroupés sous la « charte Mobidécouverte », à destination des concepteurs de l’aménagement du cadre de vie de l’enfant.  Celle-ci préfigure les choix du mobilier présenté en écho au projet pédagogique.

Comment est alors imaginé, du point de vue du designer, le mobilier pour enfant ? Les contraintes à prendre en compte sont nombreuses : manque d’espace, adaptation à la morphologie de l’enfant, exigences en termes de sécurité… Autant de difficultés à l’origine de dispositifs ingénieux, éminemment fonctionnels, modulables, évolutifs, et souvent associés à un caractère narratif appropriable par l’enfant.

Parmi les typologies observées, celle de la mini-architecture, petit espace personnel dans un espace plus grand. Permettant une optimisation verticale de l’espace, elle se présente souvent sur deux niveaux, comme ce lit-bureau Tao, conçu par Weber industries, ou ce lit-cabane avec ses accessoires complémentaires aux couleurs acidulées (Gautier).

Combinant plusieurs fonctions, d’autres meubles se transforment, passent d’un état à un autre. Le lit-bureau Kombi, pensé pour les chambres d’étudiants, permet de combiner en un seul meuble la fonction « dormir » et la fonction « travailler », grâce à un mécanisme de rotation. Une commode à langer, élégante et discrète, se transforme en bureau (Castor et Chouca), tandis que le tapis-pouf Gregory, édité par Ligne Roset, passe d’un tapis à une assise d’appoint, selon un geste poétique, voire magique.

Plus souple dans l’usage, le mobilier accompagne la croissance de l’enfant. S’adressant aussi bien aux enfants qu’aux personnes limitées dans leurs possibilités physiques, le lavabo à hauteur réglable Kinelift est une réponse tout à fait pragmatique au problème de l’adaptabilité. Le bureau évolutif conçu par Mahmoud Akram propose, quant à lui, trois hauteurs différentes, par la seule configuration distincte des parties qui le composent.

De son côté, la collection « les minis », éditée par Ligne Roset, est un ensemble de pièces miniatures, destinées initialement à l’adulte, mais choisies pour leur caractère attractif envers les enfants : les poufs Glüp, Baby Togo et Mini Togo, aux formes généreuses et aux matériaux moelleux, invitent à se lover comme dans un cocon protecteur.

Si tous les meubles présentés s’inscrivent dans une démarche de développement durable, d’aucuns mettent en avant l’éthique de leur fabrication. On pense à cette bibliothèque Recto-Verso, aux couleurs naturelles et aux matériaux durables, conçue pour plaire aussi bien aux enfants qu’aux parents, ou à ce valet de chambre en carton recyclé (Carton design). Le fauteuil Cabane (La Maison de Lena) valorise par son matériau, l’osier, un savoir-faire issu de l’artisanat français.

Enfin, en dehors des typologies classiques, chaise ou bureau, certains objets suggèrent des postures plus variées, selon l’idée qu’aujourd’hui il ne s’agit plus de contraindre l’enfant à des positions statiques, à l’image du monde adulte, mais de lui offrir une plus grande liberté dans ses mouvements. Emblématique de cette évolution, la chaise d’éveil PimPom, éditée par Flexa, boule dotée d’excroissances en guise d’appuis, ou ce compagnon polyvalent Mico, édité par Magis. Deux objets plus énigmatiques que figuratifs, puisque c’est bien à l’enfant que revient le dernier mot : celui de projeter sa propre imagination sur les objets qui l’entourent… 

— Bureau d’études Gautier, Lit/cabane Tam Tam avec rangements et table de chevet, Gautier
Banana Relax, Mobidécouverte — saison 1
Fourmi, Mobidécouverte — saison 1
— Mahmoud Akram, bureau évolutif Kazam, Balouga
— Grégory Lacoua, Pouf Gregory, Ligne Roset
— Michel Ducaroy, Pouf Baby Togo, Ligne Roset
— El Ultimo Grito, objet polyvalent Mico, Magis