ART | EXPO

Mnémosyne

05 Déc - 18 Jan 2014
Vernissage le 05 Déc 2013

L’exposition «Mnémosyne», organisée en collaboration avec la galerie Bertrand Grimont, propose des œuvres sur support papier. Chacun des artistes a utilisé en toute liberté les techniques et matériaux du dessin les plus variés, qu’ils soient traditionnels ou technologiquement sophistiqués.

Jean-François Leroy, Vincent Mauger, Damien Mazieres, Carole Rivalin, Emilie Satre, France Valliccioni
Mnémosyne

Mobile dans un premier temps, AnyWhere galerie occupe désormais, sous le nom de AnyWhere Paris, un espace fixe dans le Marais. L’exposition inaugurale («Quelque chose que l’on regarde», octobre novembre 2013) avait permis de découvrir Isabelle Ferreira, Olivier Filippi, Camila Oliveira Fairclough, Hugo Schüwer Boss.

La deuxième exposition, «Mnémosyne», en collaboration avec la galerie Bertrand Grimont, propose un ensemble inédit d’œuvres sur support papier. Chacun des artistes — Jean-François Leroy, Vincent Mauger, Damien Mazieres, Carole Rivalin, Emilie Satre, France Valliccioni — a utilisé en toute liberté les techniques et matériaux du dessin les plus variés, qu’ils soient traditionnels ou technologiquement sophistiqués.

Jean-François Leroy
Chez Jean-François Leroy, un équilibre se joue entre une approche narrative et un certain tribut payé à l’abstraction. Ses pièces déploient dans l’espace une théâtralité constituée d’authentiques micro-paysages.

Vincent Mauger
Vincent Mauger développe des fictions comme on déploie des espaces. Ses tracés numériques oscillent entre dessin et mise en volume, comme autant de facettes d’une virtualité tout à la fois feinte et concrète.

Damien Mazières

Le travail de Damien Mazières entretient une relation ambiguë avec différentes approches de l’abstraction: il les agence sans les opposer, comme dans les films où le monde mental et la réalité se rejoignent.

Carole Rivalin
Carole Rivalin, à partir d’une réflexion sur la lumière, les circulations, les déplacements, répète une forme pour construire un espace. Les variations de couleur délimitent un monde ludique à parcourir en tous sens.

Emilie Satre
Chez Emilie Satre, le dessin n’est jamais la transcription d’une forme préconçue. Il procède du geste même de tracer sur le mode d’une décantation mentale. Le dessin accompagne l’émergence de la forme, éprouve sa résistance et figure les différents registres du temps.

France Valliccioni
Les pièces de France Valliccioni transgressent systématiquement leurs propres limites. Des compositions éclatées d’objets quotidiens, des agencements singuliers entre les matières, imposent, jusque dans les textes qui nourrissent ses œuvres, une drôlerie décalée et conquérante.