ART | EXPO

Miss Lecroc vide son grenier à 136 mètres de l’Elysée

04 Mai - 01 Juin 2013
Vernissage le 03 Mai 2013

Nathalie Lecroc interroge de multiples façons la mémoire, le vivant, la féminité, l’ironie, au travers de plusieurs pratiques telles que la collection, le secret, l'intimité que recouvrent les mythes sociologiques: Petite Anthologie de sacs et sacs à main, (1998 –), Saynètes (1999-2000) ou Miss Lecroc épluche d’un seul coup de main vos pommes (2000).

Nathalie Lecroc
Miss Lecroc vide son grenier à 136 mètres de l’Elysée

L’œuvre, pour le moins protéiforme, de Nathalie Lecroc se situe au cœur des débats artistiques contemporains. Décloisonnement des pratiques, intérêt pour les lieux privilégiés de l’intime et du quotidien, complicité avec le spectateur. Nathalie Lecroc fait ressurgir le banal afin d’induire chez le spectateur une lecture différente du monde et de ses réalités. Ainsi, nous fait-elle découvrir un sens nouveau aux «choses de l’art»: Les Collections privées de Miss Lecroc (1994); ropismes. Pour une quête du Paradis (2008); Portraits d’islais (2012).

Nathalie Lecroc a recours à toutes sortes de matériaux comme le dessin (Les carnets du quotidien, 1995-1997; Etudes de plantes, jardin de simples, 2008), la sculpture (Les Poupées Miss Lecroc, 1996-1997; Discipline Temporelle. Le temps d’un baiser, 2003); les travaux d’aiguille (Cours complet de l’art, la science et le métier de peintre, 1992), ou encore les œuvres comestibles (Transports, Tétons maudits, Pets-de-Nonne, 1998; ou son Philtre d’Amour, 2008).

Enfin ce qu’elle appelle ses «petits événements» comme son Déplacement de meubles, 1993, ou son dispositif imaginé pour Vaincre la timidité, 2002; deux événements qui avaient pour projet de rompre avec le fonctionnalisme et l’individualisme, au bénéfice du ludique.

Avec son projet de Petite Anthologie de sacs et sacs à main, (1998-) l’artiste franchi un autre pas. En invitant le visiteur à vider son sac elle en dévoile le contenu qu’elle retranscrit au moyen du dessin et de l’aquarelle. Le recueil des 1001 sacs qu’elle souhaite rassembler provient d’un réel désir de communiquer et de rentrer dans l’intimité de la personne qui lui a déballé son sac. Une publication viendra éclairer ce travail mené depuis quinze ans.

Cette exposition à la Galerie Grand Eterna, située très exactement à 136 mètres de l’Elysée, est pour Nathalie Lecroc, l’occasion «rêvée» d’entretenir si ce n’est un lien, tout au moins un sujet d’interaction avec l’Elysée. Elle imagine cette fois un «vide-grenier» susceptible d’attirer l’attention des locataires du Palais de l’Elysée.
Par ailleurs, dans le cadre de ses Petits Evénements, Nathalie Lecroc procédera, durant le vernissage, à la dissection d’un sac.

AUTRES EVENEMENTS ART