PHOTO

Miracle, Mystère et Autorité

Prenons pour point de départ le projet de Ken Lum : détourner des enseignes publicitaires en leur donnant la forme d’un test psychologique (le test de Rorschach). Ce faisant, l’idée semble claire : pour qui verra dans ces images les restes d’un produit marketing, le psychiatre Ken Lum pourra rendre son diagnostique : victime de la société de consommation. Mais allons plus avant dans le test et regardons à notre tour les œuvres de Ken Lum comme étant elles-mêmes un symptôme.

Si l’œuvre d’art se différencie des autres objets produits par la main de l’homme, c’est qu’elle n’a pas pour vocation de remplir une fonction. Elle est avant tout expression, style et non imitation.
Or, les œuvres de Ken Lum imitent l’esthétique publicitaire et visent à remplir une fonction. Mais alors… que doit-on en conclure? Peut-on encore les appeler des œuvres ? Ou bien ne sont-elles pas, à leur façon, de nouvelles idoles qui tirent leur force de l’univers même qu’elles détournent ? Laissons à chacun le soin de répondre à cette question.

Passons maintenant du monde publicitaire à celui de la politique et de la religion. Pour Guillaume Paris, ces deux mondes sont étroitement liés. Tandis qu’un programme informatique affiche sur un écran des noms d’opérations militaires, de petites flammes rouges tirées d’un jeu vidéo font face à une peinture vantant les mérites d’un nouvelle ère spirituelle : «Applaudissez!» écrit-il sur sa toile, «Les flux sont en train de changer. Aboyez vos prières à la face de Dieu et il fouettera vos péchés».

Voilà donc qui est claire : à mesure que l’enfer se fait plus accueillant, les dogmes religieux n’ont plus pour mission que d’encourager nos instincts. Dans le même temps, les noms de codes de l’enfer réel — des opérations militaires — continuent à se succéder sur l’écran noir de la guerre. Faut-il en rire ? En pleurer ? Derrière la clarté du message n’y a-t-il pas une pensée à laquelle nous pourrions, au moins pour un temps, confier notre peine ? Qui sait ? Ou bien la présence d’un Pinocchio mort est-elle là pour nous rappeler qu’à force de mensonges — le Dieu imaginaire que nous portons tous en nous — pourrait bien définitivement mourir. 

Ken Lum
Keep, 2008. Impression sur toile. 198,5 x 244 x 10,5 cm
Beads, 2008. Impression sur toile. 222 x 218 x 10,5 cm
Gardening, 2008. Impression sur toile. 230 x 254 x 11 cm
Argenteria, 2008. Impression sur toile. 160 x 266 x 10,5 cm
Sunburst, 2008. Impression sur toile. 244 x 249 x 10,5 cm
Liquors, 2008. Impression sur toile. 161,5 x 275 x 11 cm

Guillaume Paris :
Doves (1936), 1991-2007. Vidéo.
Speakingintongues, 2007. Programmation informatique.
All life, 2008. Photographie couleur (tirage lambda). 100 x 150 cm
Ghost (Holy), 2006. Vidéo permanente-images de synthèse – couleur, muet, rétro-projection.  4 min
Out of the whale, 2008. Images de synthèse (HD) générée en temps réel, programmation informatique.
— Love after life, 2004. Bois laqué. 42,5 x 208 x 117 cm
Inferno (XL), 2007-2008. Impression jet d’encre sur médium. 200 x 150 x 9 cm