PHOTO

Mira Phalaina

Pg_Mep16HerbRitts04bStephanie
@12 Jan 2008

L’espace d’art Mira Phalaina, au sein de la Maison Populaire de Montreuil, fait découvrir à un large public des œuvres contemporaines, d’artistes jeunes ou peu connus. A chaque saison un commissaire invité a la charge des trois expositions annuelles.

Cet espace de 160 m2 porte le joli nom de Mira Phalaina et existe, depuis 1994, au sein de la Maison Populaire de Montreuil, à dix minutes à pied du centre ville. Le projet artistique et culturel du centre est de permettre, à un public non accoutumé, la fréquentation d’œuvres contemporaines, d’artistes jeunes ou peu connus. Le commissariat d’exposition est renouvelé à chaque saison et permet la programmation de trois expositions annuelles.

L’aide à la création d’œuvres et l’édition d’un catalogue font partie de l’engagement du centre d’art. La sensibilisation du public à l’art contemporain est prolongée par des rencontres avec les artistes, des conférences, des spectacles multimédia, des sorties dans les musées parisiens. Toutes ces animations sont gratuites.

En janvier 2001, le centre s’est doté également d’un Espace Culture Multimédia qui donne accès à la création avec les outils numériques et la possibilité de résidences artistiques, dans le domaine de la musique, des arts de la scène et des arts plastiques. Elsa Mazeau est l’artiste plasticienne invitée pour cette saison.

Le centre d’art participe également à l’exposition internationale Images 2004 dont la préparation a commencé, sous le commissariat de Jean-François Chevrier qui devrait succéder à Claire le Restif à la fin de l’année. Le thème sera centré sur la question « des territoires », sujet des séminaires hebdomadaires de Jean-François Chevrier à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, depuis 1994. Dans le cadre du projet Images 2004, ce séminaire se déplacera une fois par mois à la Maison Populaire et alimentera le travail des quatorze plasticiens invités. Le travail se fera, par ailleurs, en duo avec des philosophes, des urbanistes, des architectes, des géographes et les habitants des quatorze quartiers de la ville.

L’aboutissement de ce travail sera une exposition, en 2004, dans le centre d’art ainsi que des projections d’images sur les façades aveugles d’immeubles, de palissades ou d’autres surfaces au sein de la ville.