PHOTO | EXPO

Intervalles

09 Mar - 27 Avr 2019
Vernissage le 09 Mar 2019

L’exposition « Intervalles » à la galerie lyonnaise Vrais Rêves dévoile de nouvelles photographies de Michael Michlmayr, qui côtoient quelques autres plus anciennes. Les images réalisées par l’artiste autrichien se situent à la lisière entre photographie et cinéma, explorant le rapport entre image statique et image mobile, entre temps et espace.

L’exposition « Intervalles » à la galerie Vrais Rêves, à Lyon, présente le travail photographique de Michael Michlmayr qui sonde le rapport entre le temps et l’espace, entre image statique et image mobile, lumière naturelle et lumière artificielle. Réunissant des réalisations récentes mais aussi quelques autres plus anciennes, elle met en lumière une pratique marquée par un double intérêt pour la photographie et le cinéma. Attaché à la notion de temps qu’induit ce dernier, l’artiste autrichien s’est rapidement penché sur l’idée de séquence photographique et crée une photographie toujours à la lisière du film.

Michael Michlmayr, à la frontière entre photographie et cinéma

Les images de Michael Michlmayr parviennent à modifier profondément notre perception de l’espace et du temps, notamment en juxtaposant plusieurs niveaux de réalité. Ainsi, dans la série intitulée Travaux en cours – Espaces temps, consacrée à l’espace urbain et aux actions quotidiennes qui y prennent place, les photographies Escalator III et Circulation sont réalisée à partir de captations depuis un unique point de vue fixe des gens sur un escalier roulant et des voitures roulant dans une rue.

Les différentes séquences photographiées sont ensuite réunies en une seule image sur ordinateur. Une observation attentive, révélant la répétition de personnes identiques dans des positions différentes, montre que de différents lieux et espaces-temps ont été mêlés au sein d’une même photographie. Ces vues de scènes urbaines qui semblent authentiques se révèlent alors être des scènes fictives dans lesquelles le temps et l’espace deviennent insaisissables.

Michael Michlmayr explore le rapport entre le temps et l’espace

Quelques réalisations plus anciennes de Michael Michlmayr se situent encore plus fortement à la limite entre image statique et image mobile. Ainsi une photographie de la série Courts métrages exploite à nouveau le passage de personnes sur un escalier roulant, mais en les faisant apparaître de façon plus floue que sur la photographie initiale et suggérant donc le mouvement.