DANSE | SPECTACLE

Memory

24 Nov - 27 Nov 2009
Vernissage le 24 Nov 2009

Dans Memory, le corps est une archive, la matière vivante, palpable du souvenir. La pièce remonte le temps et mêle le passé du chorégraphe avec celui de sa patrie, la Chine.

Wen Hui
Memory

Horaire : 20h30. Version intégrale le 28 novembre 14h à 22h
Durée : 1h. Version intégrale : 8h

— Chorégraphie : Wen Hui
— Musique : Wen Bin
— Lumière : Edwin Van Steenbergen
— Films d’animation : Hao Zhiqiang
— Costumes : Shang Xiuzhen
— Photographes : Ricky Wong, Odette Scott
— Dramaturgie et vidéo : Wu Wenguang
— Avec : Feng Dehua, Wen Hui, Wu Wenguang

Présentée dans le cadre du Festival d’autome, à Paris, Memory est accessible dans sa version abrégée (1h) et intégrale (8h).

La compagnie Living Dance Studio, fondée en 1994 par la chorégraphe Wen Hui et le réalisateur de films documentaires Wu Wenguang, propose un espace de création atypique en Chine — travaillant sans aucun soutien financier de l’État. Placée sous le signe du croisement des formes artistiques, cette structure invite régulièrement des danseurs, des écrivains, des musiciens ou des plasticiens, pour élaborer une vision plurielle de la société chinoise.

Dans les pièces de la série Report, différents aspects de la vie quotidienne étaient interrogés, comme dans Report on the Body, qui explorait les transformations liées à l’essor de la consommation, ou Report on Giving Birth, construction sensible sur la vie des femmes en Chine.

Pour Memory, Wen Hui est partie d’un souvenir d’enfance où elle se voit jouer un spectacle devant ses parents — utilisant son lit comme scène, et la moustiquaire comme rideau de théâtre. Par la fabrication, quarante ans plus tard, d’une immense moustiquaire, cette scène originelle s’élargit jusqu’à embrasser tout l’horizon d’une époque : des chansons, des photographies de famille, des extraits de films et d’histoires intimes viennent se prendre dans cette toile sur laquelle se projette encore l’ombre de la Révolution culturelle. Accompagnée de la comédienne Feng Dehua, Wen Hui explore le corps comme une « archive vivante » ; l’envol d’un geste, le réveil d’une sensation ouvrent des portes, agitent des fantômes, et font vibrer l’architecture de cette symphonie du souvenir.

critique

Memory