DANSE | SPECTACLE

Médail Décor

14 Nov - 15 Nov 2014
Vernissage le 14 Nov 2014

Création 2014, Médail décor est la troisième pièce d’un tryptique, Serendipty, centrée sur le hasard de la création. Performance lue et dansée, Médail décor doit son titre au nom du magasin du grand-père de Vincent Thomasset qui s’intéresse pourtant moins ici aux objets qu’aux discours disloqués, à la possibilité de faire parler quelque chose sans nécessairement s’inscrire dans un discours logique et articulé. Il extrait en effet les textes de sujets de rédaction glanés sur le net et leur applique un effet sonore déformant pour en faire le décor modulé et modulant de son originale proposition.

Vincent Thomasset
Médail Décor

Médail Décor est le troisième épisode d’une série de spectales intitulée Serendipity (le fait de réaliser une découverte en cherchant tout à fait autre chose). Il succède à Sus à la Bibliothèque! et Les Protragronistes, respectivement créés en 2011 et 2012.

Dans le premier épisode, trois performeurs interprètent une partition pour choeur. Vincent Thomasset assume d’abord le rôle de chef de choeur, puis celui de moniteur d’équitation. Lorenzo De Angelis, l’interprète qui l’accompagne; traverse la pièce en filigrane, dissimulé sous un anorak à carreaux. Dans le deuxième épisode, les trois performeurs ont disparu. Lorenzo De Angelis est le seul rescapé. Il exécute une partition chorégraphique, quand Vincent Thomasset lit des textes au micro. Les deux protagonistes installent alors la scène d’une confrontation, d’un duel au fouet.

Dans cette trilogie, le spectateur est plongé au coeur d’un processus au long cours, témoin privilégié de l’évolution des problématiques liées à la création (procédés d’écriture, parti-pris chorégraphiques, de mise en scène, d’interprétation). Médail Décor commence là où s’achevait Les Protragonistes, derrière une botte de paille et dans un vieux gilet de protection équestre. Elle s’organise spécifiquement autour de la notion de double. Lorenzo de Angelis, alter ego de Thomasset, évolue sous l’impulsion d’une bande sonore qui convoque d’autres espaces et d’autres temporalités. Parfois, il s’y réfère. Souvent il s’en éloigne. La partition chorégraphique, extrêmement precise, flirte ici avec l’expresionnisme et l’incongruité.

Conception, réalisation, texte: Vincent Thomasset
Interprétation: Lorenzo De Angelis, Vincent Thomasset
Son: Pierre Boscheron
Lumière: Annie Leuridan

Informations
Vendredi 14 et samedi 15 novembre 2014 à 20h30

Plus d’informations sur le site de l’Atelier de Paris Carolyn Carslon

La trilogie Serendipity est également programmée au Théâtre de Vanves le 07 mars 2015