PHOTO | EXPO

jallu

17 Jan - 08 Mar 2020
Vernissage le 17 Jan 2020

Aussi belles que dérangeantes, les photographies de Marta Zgierska s’exposent à la galerie Sintitulo de Mougins sous le titre « Blush ». Des clichés issus de deux séries en cours, Afterbeauty et Votive Figure, témoignent d’une exploration sensible de l’autoportrait et du culte de l’apparence.

L’exposition « Blush » à la galerie Sintitulo, à Mougins, dévoile deux séries photographiques en cours de Marta Zgierska, Afterbeauty et Votive Figure. Après avoir exploré avec sa première série Post la situation post-traumatique qu’elle traversait suite à un grave accident, la jeune photographe polonaise continue de s’intéresser, de façon clinique et épurée mais aussi profondément sensible, à son propre corps, à l’apparence et à la beauté.

« Blush » : photographies de Marta Zgierska à la galerie Sintitulo

Le titre de l’exposition, « Blush », a été choisi par Marta Zgierska pour ses présentations récentes d’œuvres issues des séries Afterbeauty et Votive Figure. Le terme anglais « blush » a un double sens : il désigne à la fois la rougeur qui teinte le visage sous l’effet de la timidité, de la joie ou de la honte, sorte de maquillage naturel et involontaire qui trahit nos émotions, et, dans le langage international, un fard à joues, maquillage artificiel qui masque les émotions réelles en même temps qu’il inscrit sur ce masque les signes de l’émotion.

Marta Zgierska explore le culte de l’apparence

Cette ambiguïté fait écho aux photographies de Marta Zgierska qui sous leur aspect extrêmement net, leurs mises en scène au rendu parfait, évoquent autant le luxe de somptueux intérieurs que l’univers d’une chirurgie esthétique futuriste. Pour la série Afterbeauty, Marta Zgierska a utilisé des masques cosmétiques qu’elle isole, une fois retirés de sa peau, dans des images presque abstraites aux fonds neutres et uniformes.

La série Votive Figure réinterprète les offrandes que l’on faisait, non sans une part de sacrifice, aux divinités dans l’Antiquité. Ici, ce sont des fragments de son propre corps enduits de cire anatomique que Marta Zgierska offre au spectateur au sein d’une salle de bain immaculée, sanctuaire moderne du culte de l’apparence.