ART | INSTALLATION

Tondo Artis # Stills & Frames

28 Mai - 14 Juin 2020
Vernissage le 04 Juin 2020

L’installation présentée par Marin Kasimir au Centre Wallonie-Bruxelles de Paris dans l’exposition « Tondo Artis # Stills & Frames » nous plonge dans le monde des foires d’art. Captures circulaires de film, projections panoramiques, jeux de miroirs, de distorsions et de mises en abyme renvoient l’image d’un grand cirque où se croisent l’art et l’argent.

Les visiteurs de la FIAC 2019 avaient pu découvrir l’amorce de l’ambitieux projet transdisciplinaire que l’artiste allemand Marin Kasimir consacre au monde de l’art, avec le film Tondo Artis : Fair or Unfair ? qui fut ensuite projeté dans la White Box du Centre Wallonie-Bruxelles de Paris. C’est sous une nouvelle forme que l’œuvre est aujourd’hui présentée au Centre par des captures photographiques circulaires (« stills ») et des épreuves de tournage panoramiques du film Tondo Artis : Fair or Unfair ?.

Marin Kasimir explore le monde de l’art au Centre Wallonie-Bruxelles

L’exposition « Tondo Artis # Stills & Frames » offre un aperçu fidèle de  la pratique artistique de Marin Kasimir, qui croise volontiers de multiples  champs disciplinaires tels que la sculpture, la photographie, l’architecture, l’urbanisme et le théâtre au sein d’une même œuvre. A travers ses créations reposant sur l’anamorphose ou sur le puzzle, ses objets tridimensionnel et ses installations dans l’espace public qui offrent de vastes panoramas photographiques, Marin Kasimir cherche toujours à offrir au spectateur une multitude de points de vue et l’incite à réévaluer sa propre perception.

Tondo Artis : les foires d’art vues par Marin Kasimir

Avec l’exposition « Tondo Artis # Stills & Frames », Marin Kasimir porte sa réflexion sur le monde de l’art et plus particulièrement des foires d’art. Le film Tondo Artis: Fair or Unfair ? se présente comme une sorte de road-movie sur les foires d’art qui, à l’inverse des foires d’amusements populaires, sont des événements élitistes où se croisent VIPs, collectionneurs, visiteurs et imposteurs, sur fond de privilèges et d’argent facile. La forme circulaire des images filmiques, rappelant les tondos sculptés ou peints, renvoie aussi à celle du cirque. Quinze « stills » circulaires côtoient dans l’exposition des images panoramiques du film sur des murs et des miroirs, dans un jeu de distorsions et de mises en abyme.