ART | EXPO

Barcarolles

13 Juin - 27 Juil 2019

L’exposition « Barcarolles » à la galerie parisienne Jean Brolly présente de nouvelles œuvres de Marielle Paul : des peintures réalisées à la gouache qui explorent la nature ambiguë des formes en s’intéressant cette fois aux saisons et plus particulièrement au printemps et à l’automne.

L’exposition « Barcarolles » à la galerie Jean Brolly, à Paris, dévoile de nouvelles peintures de Marielle Paul qui poursuit son travail autour de la fluidité des formes à l’aide de la gouache, dont la nature aqueuse se plie parfaitement à ses mouvantes compositions colorées.

« Barcarolles » : nouvelles peintures de Marielle Paul

La démarche picturale de Marielle Paul est portée par un questionnement autour de la forme, de son ambiguïté, de son instabilité. L’artiste explore cette zone d’incertitude que crée le glissement d’une forme vers une autre ou son équilibre précaire entre un sens et un autre. Selon ses propres mots, les peintures de Marielle Paul ouvrent de multiples interrogations : « À partir de quand reconnaît-on une fleur, une feuille, un paysage, un rocher ? Quand la peinture bascule-t-elle dans un paysage, une image, un tableau abstrait, une forme baroque ? Ou au contraire quand la peinture bascule-t-elle dans l’abstrait, le décoratif ? »

Marielle Paul explore l’ambiguïté des formes

La couleur joue un rôle majeur dans l’œuvre de Marielle Paul ; elle est étroitement liée à ses recherches sur les formes. Le choix de la gouache, matériau de prédilection de l’artiste, s’explique notamment par l’intensité de cette peinture et par la façon dont son pigment coloré s’inscrit nettement à la surface. Malgré la difficulté à superposer des couches de cette matière aqueuse, Marielle Paul y voit un médium sans limite qui lui permet de réaliser aussi bien des grands que des petits formats.

« Barcarolles » : des peintures inspirées par les saisons

Les nouvelles peintures de Marielle Paul sont plus précisément inspirées par les saisons et en particulier le printemps et l’automne. On y retrouve cependant les éléments caractéristiques de ses œuvres : les ensembles de cercles concentriques, les courbes, les entrelacs de lignes, les aplats de couleur, les motifs unis qui se juxtaposent sans se chevaucher, semblant se soutenir les uns les autres, sans heurt. Le titre de l’exposition « Barcarolles », qui renvoie à une forme musicale héritée du chant des gondoliers vénitiens, constitue d’ailleurs un clin d’œil aux formes courbes et souples des peintures de Marielle Paul, qui forment comme un rythme balancé.