ART | EXPO

Les Heures grises

09 Mar - 30 Avr 2022
Vernissage le 08 Mar 2022

Les œuvres de Léo Dorfner, Marielle Degioanni et Michele Landel sont réunies dans l'exposition « Les Heures grises » à la galerie parisienne Ségolène Brossette. Ces peintures, dessins et assemblages révèlent un aspect peu exploré de la relation amoureuse : la période d'ennui et de mélancolie qui suit les premiers moments passionnés.

L’exposition « Les Heures grises » propose à la galerie Ségolène Brossette, à Paris, un dialogue entre les œuvres de trois artistes autour de la notion d’ennui dans le couple. Deuxième volet d’une exploration de la solitude amoureuse, elle fait suite à l’exposition « Divagations amoureuses » qui s’intéressait à la première phase de la relation, caractérisée par la quête douloureuse de fusion avec l’autre. En rendant compte de la fin de cet état fusionnel et de la phase qui le suit, les peintures de Léo Dorfner, les dessins de Marielle Degioanni et les assemblages de Michele Landel explorent chacun à leur manière ces « heures grises » qui émaillent la vie de couple et où s’installe l’ennui.

« Les Heures grises » à la galerie Ségolène Brossette

Les aquarelles de Léo Dorfner réinventent ce medium classique à travers un langage pictural profondément moderne qui prend sa source dans le flux d’images qui inonde le monde contemporain. En se réappropriant les différentes formes que revêtent ces images, portraits de mannequins des pages publicitaires, visuels glanés sur Internet ou encore photographies médiatiques, Léo Dorfner propose un nouvel ordre esthétique. Par la fragmentation, l’emprunt, le collage et l’association, ses œuvres composent des narrations étranges, parfois absurdes, qui suggèrent une faille temporelle. L’inertie des heures grises s’impose comme le miroir inversé de l’énergie qui les précède.

Les aquarelles de Léo Dorfner, l’inertie des heures grises

Le végétal, omniprésent dans les dessins de Marielle Degioanni, y est associé à la féminité dans une évocation de l’énergie vitale. Ces œuvres réalisées sur papier exploitent le support comme une peau. Par un geste à la fois franc et délicat, Marielle Degioanni génère des représentations où la sensualité se mêle à l’onirisme. Rampantes, sinueuses, destructrices, les plantes, figurées par simples perforations du papier ou dans des aquarelles ton sur ton qui les rendent presque invisibles, suggèrent la violence naissant de l’usure du quotidien.

Le quotidien vu par Marielle Degioanni et Michele Landel

Le quotidien, sa monotonie et la façon dont il transforme le couple sont parfaitement captés dans la série intitulée Relationship de Michele Landel. La citation, la juxtaposition et la superposition sont au cœur du travail de l’artiste américaine qui explore des aspects souvent tus de la vie domestique. A partir de photographies, de tissu, de papier et de fil, ses compositions réalisées par couture, teinture et collage numérique évoquent la solitude, l’absence, les mondes intérieurs. Les œuvres de Léo Dorfner, Marielle Degioanni et Michele Landel ont en commun des jeux d’assemblage qui suggèrent une vision plus positive des heures grises, comme un moment de retour sur soi propice à raviver l’émotion.