ART | EXPO

Man Waking From Dream

28 Jan - 20 Mai 2012
Vernissage le 28 Jan 2012

Réalisateur mondialement célèbre, David Lynch a toujours mené une création plastique intense totalement cohérente avec l’univers de ses films. Ses œuvres plastiques donnent à voir un autre aspect du monde unique de l’artiste américain.

David Lynch
Man Waking From Dream

L’exposition «Man Waking From Dream» est conçue comme un ensemble de films, de dessins et de soixante-quinze estampes réalisées ces cinq dernières années par David Lynch.

C’est en 2007, à l’occasion de sa grande exposition à la Fondation Cartier à Paris, que David Lynch a commencé à travailler sur pierres lithographiques. Depuis, près de 150 lithographies ont été réalisées à l’imprimerie d’art Idem, où il vient chaque année passer quelques semaines pour travailler dans des conditions qui lui permettent de trouver une complémentarité au travail cinématographique mené depuis Six Men Getting Sick, son tout premier film réalisé en 1967, présenté dans l’exposition.

Si les longs-métrages de David Lynch ont régulièrement rendu hommage à des films majeurs de l’histoire du cinéma (Sunset Boulevard de Billy Wilder, Vertigo d’Alfred Hitchcock, 8 1/2 de Federico Fellini, les films de Jacques Tati…), son œuvre graphique et ses films courts procèdent d’hommages récurrents aux figures de l’histoire de l’art qui ont marqué son parcours depuis ses études à la Pennsylvania Academy of Fine Arts de Philadelphie.

Francis Bacon, Edward Hopper, Le Caravage sont quelques uns des peintres dont les influences sont manifestes dans un art que David Lynch pratique sous toutes ses formes depuis plus de quarante ans. Peinture, dessin, gravure, design, son, photographie, sont en effet les modes de créations qui accompagnent sa vie, lui offrant la possibilité de créer d’une manière plus directe, plus spontanée, plus intuitive, sans en passer nécessairement par l’emploi des moyens technologiques complexes qui sont ceux du cinéma.

Cette immédiateté permet d’aborder différemment cette œuvre unique, ce monde que l’on qualifie désormais de «lynchien», tant l’artiste américain est parvenu à élaborer au fil de ses œuvres un univers sans pareil. L’exposition présentera un ensemble de cinq films, des tous premiers (Six Men Getting Sick, The Alphabet datés de la fin des années 60), au dernier court-métrage réalisé à l’occasion du Festival International de Vienne (The 3 Rs). Lumière, réalisé avec la caméra des frères Lumière, la série Rabbits (initialement réservée à Internet) et le dessin animé Dumbland montreront l’étendue, très surprenante, des univers explorés par David Lynch, n’hésitant pas à passer du registre le plus angoissé à celui de l’humour le plus douteux.

Quant aux dizaines de gravures réunies, elles permettront de découvrir sur un autre mode, avec un langage différent, les principaux thèmes que David Lynch a toujours traités dans ses films. L’exposition s’accompagne d’une rétrospective des longs-métrages de David Lynch.