PHOTO

Maintenant Avant Après

PSylvie Rousselle-Tellier
@12 Jan 2008

L’exposition Maintenant Avant Après croise la problématique temporelle avec les successions spatiales, les rythmes architecturaux avec les déambulations et toutes sortes de flux. Un travail pictural articulé à des interrogations esthétiques, théoriques et politiques.

Comme beaucoup d’artistes de la galerie Ghislaine Hussenot, Agnès Thurnauer peint. Mais elle associe à la peinture sur la toile des matériaux aussi variés que les gommettes, le sparadrap, le tissu, etc.
Son travail combine de façon singulière l’improvisation et l’interrogation. Dans Deux pièces le mot « question » est inscrit sur le mur de la première pièce, le mot « réponse » sur le sol de la seconde.

La problématique temporelle du titre de l’exposition « Maintenant Avant Après » apparaît explicitement dans l’œuvre intitulée Trois pièces où sont inscrits les mots « Has Been », « Now » et « Will Be ». La succession temporelle est convertie en succession spatiale : trois temps, trois pièces. Dans Réflexion sur la vie occidentale: le maintenant de l’espace de la toile paraît situé entre l’avant du paysage vu dans un rétroviseur d’automobile et l’après du paysage vu au travers du pare-brise.

Mais le temps est aussi celui des chemins ou fleuves qui serpentent sur certaines de ses toiles. Une ligne de flux. Le flux qui s’écoule quotidiennement sur le boulevard périphérique, sous les fenêtres de son atelier. Mais aussi le flux de sa pensée et de son processus créateur : « J’improvise avec ce qui se présente », déclare-t-elle, transformant l’œuvre en une carte du cheminement créateur.

Mais Agnès Thurnauer capture aussi les pensées des autres. Pour Don’t Stop Thinking Babe, Don’t Stop, elle a convié les membres de l’équipe du Palais de Tokyo à inscrire sur la toile (d’un côté comme de l’autre) ce qui leur passait par la tête, puis elle a emprisonné les inscriptions dans des bulles.

L’improvisation introduit aux questions de l’achèvement, ou de l’inachèvement, et de la fin. À cet égard, une toile s’intitule significativement Achever la peinture.
Le travail d’Agnès Thurnauer apparaît ainsi comme une formidable carte, un réseau de connexions entre des questions indissociablement politiques et picturales.

Agnès Thurnauer
Deux pièces, 2003. Peinture, encre, collage sur toile. 70 x 200 cm environ.
Trois pièces, 2003. Peinture, encre, collage sur toile. 70 x 200 cm environ.
Achever la peinture, 2003. Peinture, encre, collage sur toile. 150 x 200 cm environ.
Dérive continentale, 2003. Peinture, encre, collage sur toile. 150 x 200 cm environ.
étant donné « Étant donné » , 2003. Peinture, encre, collage sur toile. 150 x 200 cm environ.
Don’t Stop Thinking Babe, Don’t Stop, 2003. Peinture, encre, collage sur toile. 300 x 250 cm environ.
Occupation sous occupation (« Luxe, calme et volupté ») , 2002. Peinture, encre, collage sur toile. 100 x 100 cm environ.
Check Point (demain dès l’aube) , 2003. Peinture, encre, collage sur toile. 300 x 250 cm environ.
Réflexion sur la vie occidentale, 2003. Peinture, encre, collage sur toile. 300 x 250 cm environ.
Porto Alegre, 2002. Peinture, encre, collage sur toile. 200 x 200 cm environ.