ART | EXPO

Lust

29 Jan - 05 Mar 2011
Vernissage le 29 Jan 2011

L'oeuvre de Hassan Khan est portée par une réflexion sur la spectralité des choses. La constellation de travaux qu'il présente apparaît comme autant de points d’entrée dans un monde à la fois matériel et fantomatique.

Hassan Khan
Lust

Les objets de la conscience collective
Ne vous fiez pas aux lumières. Au contraire, allez chercher dans les ténèbres ce dont vous avez besoin. L’installation vidéo d’Hassan Khan Jewel (film 35mm en HD) débute avec une bande-son (réalisée par Hassan Khan) au bourdonnement hypnotique, et est baignée dans un voile de lumières clignotantes. Mais on découvre vite que ces lueurs ne sont ni des étoiles ni un village côtier dans la nuit, mais une nuée de baudroies des abysses aux dents acérées — cette élégante perception scintillante n’est autre que la lumière émise par leur étrange excroissance sur la tête: un leurre pour les proies.

Dans un rythme féroce, l’image de la baudroie se fige et se transforme, «fossilisant» comme le motif de lumières. La caméra recule, et l’image du poisson se retrouve enfermée dans un objet mouvant — une sorte de boule à facettes comme totem de substitution — autour duquel deux hommes, un jeune et un plus vieux, exécutent désespérément une danse étrange faite de gestes simulant la noyade, la chute, le fouet. C’est une scène simple de la sous-culture arabe assez sinistre, mais parfaitement viable, qui se complaît dans la réponse d’un total effondrement — celui dans lequel la danse, des membres s’agitant dans l’air, devient une performance puissante et résistante composée de gestes inutiles. Se déplaçant avec l’ambivalence de marionnettes commandées par des forces extérieures, l’oeuvre se termine par un travelling arrière nous plongeant lentement dans l’obscurité. Qu’est-ce qui hante ces hommes et les oblige à agir, à bouger?

A la Galerie Chantal Crousel du 29 janvier au 5 mars 2011, Khan présente «Lust», une constellation d’oeuvres récentes qui peuvent être considérées comme des points focaux dans sa pratique au cours des trois dernières années. Bien que les travaux prévus soient très énigmatiques dans leur nature et communiquent sur plusieurs registres, il est à la fois important de les considérer dans la lumière d’une ligne de pensée sophistiquée qui a pris place dans le travail de l’artiste au cours des quinze dernières années. La clé de cette réflexion a été une dynamique centrée sur la conscience privée et publique — une façon de traiter avec les mouvements de forces idéologiques et les constructions sociales de la valeur comme ils passent de la foule de la rue au psychisme et vice versa. En ce sens, nous pouvons alors adresser son oeuvre comme un moyen de faire face à la nature spectrale de ces mouvements à travers un inconscient culturel qui coule vers un «esprit public».

Lire la suite du texte de Brian Kuan Wood: www.crousel.com

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Marie-Ange de Montesquieu sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.