ART | EXPO

Lucid dream

20 Oct - 19 Nov 2011
Vernissage le 20 Oct 2011

La galerie Yvon Lambert présente Lucid Dream, la deuxième exposition personnelle en France de Zilvinas Kempinas. L'artiste lituanien utilise ce lieu comme une composante de son oeuvre. La lumière, le mouvement et le son sont au coeur de sa création.

Zilvinas Kempinas
Lucid dream

Zilvinas Kempinas expérimente les possibilités de mouvements dans l’oeuvre d’art. Dans ses installations, il utilise des ventilateurs industriels dont le souffle fait flotter une ou plusieurs boucles de bandes magnétiques qui ondulent dans l’espace, dessinant des formes aléatoires. La bande-vidéo est utilisée non pour ses fonctions premières (l’enregistrement de sons et d’images) mais pour ses capacités matérielles propres: la légèreté donc et sa capacité à réfléchir la lumière. Les bandes sont mises en scène; leur mouvement donne naissance à un jeu visuel et optique (lignes parallèles, colonnes, boucles…) plus ou moins aléatoires ou géométriques selon le dispositif adopté. Ces bandes connotent une mémoire, illisible désormais, mais latente, en suspend justement. Cette mémoire est celle du son enregistré, son inaudible, mais dont la suggestion est présente par le matériau employé.

A la galerie Yvon Lambert, Zilvinas Kempinas présente des oeuvres statiques, dont une grande structure centrale qui reprend la structure architecturale de la verrière. Des bandes magnétiques tendues depuis le plafond jusqu’au sol viennent rythmer l’espace, des lignes immobiles ponctuent alors l’étendue de la galerie. Lucid dream nous immerge dans un monde métaphorique, où notre perception de l’espace se voit complètement altérée, nos reflets dans les oeuvres donnent à voir des oeuvres changeantes. Alors que l’espace est absorbé par l’aspect miroir des bandes magnétiques, la lumière rend visible le fil de pêche qui constitue la grande rosace murale de l’exposition. Il est également question du temps dans ces nouvelles oeuvres, les bandes magnétiques extraites de cassettes VHS sont présentées comme momifiées, tels des insectes dans l’ambre figés par le temps. Figées par de la résine, les bandes magnétiques, détentrices d’informations se voient alors paradoxalement conservées et détruites.

L’aspect narratif des VHS ayant complètement disparu, Zilvinas Kempinas les transforme en un matériau abstrait réfléchissant, mystérieux et poétique. Cette importante installation transforme totalement le lieu, elle s’appréhende réellement physiquement, certaines pièces la constituant nécessitent un rapprochement, alors que d’autres s’imposent au regard. Notre perception modifiée de l’espace nous amène dans un état où les repères nous échappent. Dans cette idée métaphorique d’un rêve lucide, Zilvinas Kempinas plonge le spectateur dans une nouvelle vision du monde, comme dans un rêve lucide le spectateur devient l’acteur principal d‘une nouvelle vision du réel. L’oeuvre, Flux (2009), est actuellement présentée dans le collection permanente du Centre Georges Pompidou, jusqu’en avril 2011.

Vernissage
Jeudi 20 octobre 2011, de 18 à 23 heures, en présence de l’artiste

critique

Lucid dream