ART | EXPO

Love

01 Avr - 23 Avr 2005
Vernissage le 05 Avr 2005

Vision de l’artiste des manifestations sexuelles et sociales de l’Amour qui entraîne les gens dans les danses endiablées des Mosh Pits au sombre fétichisme de la culture des armes des gangsters brésiliens et new-yorkais. Peintures, photos, concerts.

Janine Gordon
Love

La galerie Kamel Mennour est heureuse d’annoncer sa prochaine exposition présentée au 72, rue Mazarine: «Love» de l’artiste Janine Gordon aka Jah Jah.

L’exposition «Love» s’attache aux attitudes et expressions de la notion d’Amour. Le lien amoureux s’exprime de multiples façons : tatouages, rituels, argot, gestes, modes, danse, sport, voire même comportement. Les manifestations sexuelles et sociales de l’Amour sont présentées dans les études multimédias de sujets variés issus de nombreuses subcultures. Du désir extatique qui entraîne les gens dans les danses endiablées des Mosh Pits au sombre fétichisme de la culture des armes des gangsters brésiliens et new-yorkais — Janine Gordon nous confronte avec des images issues de cette réalité.
Les tableaux de 2005, Love this Bitch, Fuck Me, Eat Me d’inspiration psychédélique, illustrent des idées ironiquement détournées émanant de la génération «Peace and Love » des années 1960.
Les photos intitulées ONSTAGE (2004) ont été prises lors d’un concert qu’elle donnait sur l’Irving Plaza de New York. Quelques minutes après son entrée sur la piste de danse en ébullition, elle fixa Insane Clown Posse Mosh Pit sur sa pellicule.
Un Mosh Pit est un endroit où se déroule le moshing ou le slam, une danse expressive composée de violents mouvements de bousculade, de sauts, parfois de coups de poings et de pieds. Certains danseurs arrivent même à se faire porter par la foule.
Le fétichisme et le désir du masculin sont les thèmes de photographies telles que Love (2005), Soccar in Itapua (2001), et Doug (2004).
Les «Chera Colas do Teatro Municipal, Anjagabaju, Sao Paulo, Brasil» montrent un groupe d’enfants avec qui Janine s’était liée d’amitié et à qui elle avait parfois donné à manger. Ces fugueurs âgés de 5 à 16 ans issus des favelas de Sao Paulo criaient famine et sniffaient de la colle pour apaiser leur faim.
Les photos «Tsunami», colorées à la main, expriment la douleur et la colère qu’elle a ressenties pour toutes les victimes de la terrible tragédie.
Ses œuvres vidéo ont à peine 10 ans et depuis, la culture MTV s’en est emparée. La série des «Flicker Videos», réalisée avec un appareil «My first Sony», repose sur les émotions pures et la musique.

« L’amour est un virus. Il se propage comme un germe s’empare de toi sans que tu réalises quoi que ce soit. »
Janine Gordon

Janine Gordon
Janine Gordon est une artiste à part. Dans les années 90, elle a exploré, à travers des expériences limites, différentes subcultures telles que le rap, le graffiti ou la musique punk rock. Elle puise son inspiration dans le sexe, la drogue et la musique. Dans sa pratique artistique, elle aime travailler différents médias comme la photographie, la peinture ou la musique, en explorant les frontières sociales, politiques et créatives.
Elle a participé à la Whitney Biennale 2002 (à New York), et au «Live» du Palais de Tokyo en 2004.