ART | EXPO

Au bord de la route de Wakaliga

20 Fév - 12 Mai 2019

L’exposition « Au bord de la route de Wakaliga » dévoile au Palais de Tokyo le dernier film de Louis-Cyprien Rials et un ensemble d'objets qu'il a réalisés en Ouganda. A travers une adaptation du film Rashomon d'Akira Kurosawa, l'artiste laisse entrevoie la vie dans les ghettos ougandais, tout en livrant une réflexion sur la multiplicité des points de vue et de la vérité.

L’exposition « Au bord de la route de Wakaliga » au Palais de Tokyo présente un nouveau film de Louis-Cyprien Rials mêlant références cinématographiques, regard sur les ghettos en Ouganda et réflexion sur la notion de vérité.

« Au bord de la route de Wakaliga » : film et objets réalisés par  Louis-Cyprien Rials

La pratique du jeune artiste Louis-Cyprien Rials, déployée à travers la vidéo, la photographie et l’installation, a pour objet principal le paysage, ses représentations et l’interprétation que nous avons de celles-ci. Son œuvre est notamment alimentée par les voyages qu’il effectue dans des pays non reconnus internationalement et dans des territoires interdits au public, tels que les zones radioactives, qu’il désigne comme des « parcs naturels involontaires ».

Photographies, installations de projecteurs de diapositives et vidéos sont pour Louis-Cyprien Rials autant de moyens de transmettre la difficulté à cerner ces espaces abandonnés. Les vidéos et photographies qu’il consacre à ces lieux marqués par des violences anciennes ou encore bouleversés par des conflits offrent à travers de grands tirages des tableaux en mouvement composés de plans fixes, souvent longs et vides de présence humaine des peintures-paysages silencieuses, contemplatives, presque mystiques.

Louis-Cyprien Rials adapte le film Rashomon d’Akira Kurosawa en Ouganda

L’exposition « Au bord de la route de Wakaliga » réunit un film et des objets réalisés par Louis-Cyprien Rials en collaboration avec Ramon Film Productions, une société de production installée dans un studio près de la route de Wakaliga, dans un ghetto de la banlieue de Kampala, capitale de l’Ouganda. Cette société rassemble depuis plus de dix ans des Ougandais de différentes origines autour de l’écriture, la réalisation et la production, avec peu de moyens, de films à succès inspirés par les films de kung-fu chinois et le cinéma d’action américain.

Le film réalisé par Louis-Cyprien Rials avec Ramon Film Productions est une adaptation de Rashomon, réalisé en 1950 par le Japonais Akira Kurosawa. Il s’agit d’un objet hybride qui laisse deviner la réalité quotidienne de la vie dans les ghettos ougandais out en l’émaillant de références cinématographiques et culturelles et en montrant, par le biais d’une fiction, le caractère multiple des points de vue et de la vérité.