PHOTO

Loris Cecchini

Comme après un cataclysme naturel, une attaque nucléaire ou un crash économique, les objets de l’univers du bureau sont avachis, affaissés, fondus. Inutilisables. Tout s’est arrêté. Le réalisme, l’activité, la rationalité, la rentabilité ordinairement en vigueur dans ces lieux ont fait place à l’imaginaire, au fantastique, à l’inaction. Un monde est mort, un autre se rêve.

Que s’est-il passé? On songe à un cataclysme naturel, une attaque nucléaire, un crash économique. En tout cas quelque chose d’assez fort pour suspendre les activités productrices ordinaires, et pour en inverser les valeurs.
La galerie Ghislaine Hussenot s’est transformée le temps d’une exposition en un bureau austère et gris dont tous les meubles ont pour singularité d’être mous. Un siège de bureau répandu au sol, un radiateur vrillé, des tiroirs ne fermant plus, une imprimante pliant sous son propre poids, une photocopieuse inutilisable, etc. D’abord moulés puis reproduits en plastique souple, les fauteuils, ordinateurs, imprimante, téléphones, photocopieur, ventilateur, poubelle, radiateur, tout le mobilier et les objets fonctionnels de l’univers du bureau sont avachis, affaissés, comme fondus. Ils ont perdu leur utilité en raison de leur mollesse, mais aussi parce que ce sont des moulages factices. De toute façon, les ordinateurs ne sont pas branchés, les téléphones sont décrochés, les câbles jonchent le sol. Le monde de la connectique et de la circulation de flux est désormais déconnecté.

Au mur, des photographies numériques: un ours, un kangourou, un rhinocéros ou des flamands roses se promènent dans des bureaux où l’activité est figée; des hommes assis ou perchés sur une étagère attendent ou dorment; deux pélicans se promènent sur un bureau derrière lequel un homme est assoupi. Des bureaux où les hommes sont endormis et où seuls des animaux, qui sortent d’on ne sait où, semblent actifs.
Il s’agit de photographies numériques de mobilier miniature dans lesquelles sont ajoutés des hommes et des animaux à l’aide d’un logiciel de traitement d’images. Les lumières et les ombres sont traitées de façon à donner à ces constructions photographiques un aspect réaliste. Tout est gris neutre, à l’exception des personnages et des animaux qui sont colorés.

Tout s’est arrêté. Le réalisme, l’activité, la rationalité, la rentabilité qui président ordinairement dans les lieux ont fait place au rêve, à l’imaginaire, au fantastique, à l’inaction. Un monde est mort, rêvons des devenirs.

Loris Cecchini
Objets
— Une chaise de bureau, 2001. Plastique.
— Un ventilateur, 2001. Plastique.
— Une poubelle, 2001. Plastique.
— Un balai, 2001. Plastique.
— Un radiateur, 2001. Plastique.

Installations :
— Une table, deux grands moniteurs, deux claviers, une imprimante, deux ordinateurs, un scanner, un téléphone, des câbles, 2001. Plastique. 210 x 180 x 120 cm.
— Une table, neuf petits moniteurs, deux claviers, deux téléphones, des câbles, 2001. Plastique. 210 x 140 x 80 cm.
— Une table, un photocopieur, des téléphones, des objets divers, des câbles, 2001. Plastique. 210 x 110 x 180 cm.

Photographies :
Untitled, 2001. Impression. 120 x 180 cm.
Untitled, 2001. Impression. 80 x 110 cm.