ART | EXPO

Looking through the window

07 Sep - 19 Oct 2013
Vernissage le 07 Sep 2013

L'exposition présentera un ensemble d'œuvres sur papier liant recherches esthétiques sur l'image, le paysage et l'abstraction, à l'aide de lavis d'encre ou de peinture manipulés dans des bains grâce à des protocoles précis. Elle présentera également Family business, un projet conceptuel évoquant le travail des maîtres verriers.

Gilles Balmet
Looking through the window

L’exposition présentera un ensemble d’œuvres sur papier liant recherches esthétiques sur l’image, le paysage et l’abstraction, à l’aide de lavis d’encre ou de peinture manipulés dans des bains grâce à des protocoles précis. Elle présentera également Family business, un projet à l’orientation plus conceptuelle exposé au même moment dans une autre configuration au Museum of Destiny à Los Angeles avec Courtesy gallery.

Gilles Balmet est issu d’une famille de maîtres verriers grenoblois. Une salle de l’exposition sera consacrée au projet Family business qui est constitué d’un ensemble de dessins réalisés par frottage de pierre noire sur différents objets liés à son atelier. Les plaques en cuivre des entreprises familiales qui sur quatre générations ont occupé l’atelier, ainsi que la baie vitrée art déco réalisée par son arrière grand-père Louis Balmet en 1924. Le dessin basé sur le vitrail et sa structure en plomb qui retient alors la pierre noire sur le papier, propose une réinterprétation minimale de l’œuvre originale. Cette verrière est alors transposée du salon familial vers la galerie et sert d’élément structurant aux autres dessins emplis d’indications et de signes, permettant une analyse historique, sociologique et poétique de la transmission et des mutations d’un atelier familial.

L’exposition présentera également de nouveaux polyptiques issues des séries Silver mountains et Silver reliefs, dessins gestuels obtenus en trempant et en manipulant des feuilles de papier noir dans des bains de peinture argenté. Des paysages de montagne fantastiques ou photo-réalistes, évoquant les négatifs de la photo argentique naissent de ces manipulations de peintures et interrogent les frontières du pictural et du photographique ainsi que l’importance du geste dans le dessin.

De nouvelles œuvres des séries Double Waterfalls en triptyques poursuivies récemment par la série Waterfalls (minimal) seront présentées, autre variations sur les frontières de l’abstraction et de la question paysagère réalisées à l’aide de fines gouttelettes d’encres dissoutes dans des bains dont les échappées fluides créent des dynamiques sensuelles proche de drapés ou d’espaces oniriques.

Un ensemble d’œuvres plus sombres est apparu avec les séries Rubber soul et Champs de bataille, toutes deux réalisées à l’aide de raclettes de nettoyage de vitres, servant d’outils de dessin, et d’un mélange complexe d’encres. Des paysages calmes aux tonalités bleutés ou dévastés, pouvant évoquer les tranchées de Verdun, sont révélés par ces raclages d’encres sur le papier. Précédant ces séries et son séjour de six mois au Japon en 2010, Gilles Balmet travaillait déjà avec des raclettes et de l’encre sur un ensemble d’œuvre inédites devenu Kyoto prémonition, création d’images pouvant évoquer le paysage urbain japonais fait d’enchevêtrement d’immeubles entourés d’une végétation luxuriante.

L’ensemble Ciels variables déploie des tonalités très subtiles obtenues par transfert sur papier d’encrages récupérés sur des mouchoirs déposés au sol lors d’écoulement d’encres provenant d’autres séries d’œuvres en train de sécher. Ces mélanges aléatoires délicats interrogent là aussi notre capacité de projection dans la lecture des images.