ART | EXPO

L’Obstacle complémentaire

02 Mai - 14 Mai 2016
Vernissage le 02 Mai 2016

«L’obstacle complémentaire» est l’exposition consacrée à l’œuvre de Patrick Michault. Ses dessins et installations sont tous mus par la préoccupation de l’interdit qui devient dans ses œuvres une ligne horizontale, un obstacle que Patrick Michault souligne, contourne ou défie, avec humour parfois.

La galerie du Tableau présente «L’obstacle complémentaire», une exposition des dessins et des installations de Patrick Michault. Ses œuvres sont toutes sous-tendues par la préoccupation de l’interdit, à qui l’artiste donne concrètement l’aspect d’un obstacle, d’une ligne horizontale qu’il accentue, défie ou contourne, parfois avec humour, dans des intérieurs blancs dénués de décor.

L’installation insolite Du vent composée de quatre dessins format raisin et de ventilateurs électriques paraît sur le départ, en plein élan. Calée sur des mécanismes en métal, les quatre pages du dessin forment un cube qui s’érige à la verticale, comme pour fuir l’attraction du sol et cette condition de support horizontal qui est d’ordinaire celle de la feuille de papier. Les pages, et peut-être l’inspiration qui s’y projette, prennent ici littéralement l’air. Un envol.

L’installation Bois représente l’obstacle en lignes sobres sous la forme d’une scie aux dents pointues suspendue à l’angle d’un mur et soutenue par un câble fixé à une plinthe. La scie élancée et son ombre portée évoquent un arc tendu et une férocité chuchotée.

L’obstacle horizontal se fait parfois plus complexe dans l’œuvre de Patrick Michault. Sa ligne caractéristique se dédouble pour former une pince prolongée d’un marteau dans l’installation en bois et acier intitulée North wind. Cette pince cherche à comprimer des casiers de bois serrés, à ne faire qu’une ligne autoritaire d’un éventail aéré d’espaces.

C’est peu dire que le titre La Ligne bleue des Vosges est trompeur. En fait de cime montagneuse, nous apercevons une canalisation et un cactus surgissant à l’angle d’un mur. L’horizon est interdit, barré. Notre vue est oblitérée par le mur et par ses grossiers atours, ce que Patrick Michault exprime avec une loufoquerie qui libère.