ART | EXPO

Lichens never lie (Les Lichens ne mentent jamais)

10 Juin - 14 Août 2016
Vernissage le 10 Juin 2016

L’exposition «Lichens Never Lie (Les Lichens ne mentent jamais)» de l’artiste portugaise de Joana Escoval rassemble, au Centre d’art contemporain La Criée de Rennes, des sculptures, pour la plupart inédites, qui expriment la fragilité, l’impermanence et le mystère du monde vivant.

Le titre de l’exposition a été découvert par Joana Escoval sur un panneau d’affichage au laboratoire de pharmacognosie et mycologie de l’Université de Rennes. Il souligne les comportements du lichen qui combine toujours sa double nature d’algue et de champignon. En prêtant au lichen un agissement humain, cette phrase exprime la nature multiple des choses et des êtres, les fluctuations de leurs états. Tel est le questionnement principal de Joana Escoval.

Les œuvres de Joana Escoval sont le fruit de gestes minimaux et généralement constituées de matériaux bruts ou naturels. Chevrons, tiges de cuivres, terre cuite, feuilles, coquillages, pierres et parfois arbres entiers sont assemblés en des compositions épurées et délicates conçues à partir des notions de contagion et de transition entre deux états, deux croyances, deux cultures ou deux savoirs.

Plusieurs sculptures telles que Keep Going et Bifurcation semblent indiquer de possibles directions aux aboutissements indéterminés. Dans Our myth is not self evident because it is a mystery, une ligne constituée de minces tubes de cuivre enfilés court verticalement le long d’un mur et se divise. D’autres pièces concrétisent un seuil de façon parfois presque imperceptible.

La sculpture Neither Bounded Nor Static, composée d’une portion de poutre sur laquelle est sculpté un visage piqué par une aiguille d’acupuncture, est couchée sur le sol, comme un simple morceau de bois. On ne sait si c’est le non-humain qui est anthropomorphisé ou l’humain qui se transforme en pièce de bois. Les frontières entre nature et culture sont floues, elles fusionnent quand elles ne s’effacent pas.