ART | EXPO

Les Suspendues

06 Oct - 14 Nov 2014
Vernissage le 06 Oct 2014

Sima Khatami et Stéfane Perraud présentent sur la pelouse de la Cité universitaire internationale une installation photographique sur la mémoire des combats. Tirant son nom des mu’aquallat, poèmes suspendus arabes, le monument est constitué de billets métalliques, comme autant de supports à la monstration des douleurs intimes et des violences politiques, des témoignages d’émeutes ou de révoltes populaires.

Sima Khatami, Stéfane Perraud
Les Suspendues

Les Suspendues est une installation sonore et visuelle qui murmure au gré des vents les révoltes d’hier et d’aujourd’hui. Sous cette passerelle sont suspendus des billets métalliques rectangulaires sur lesquels seront imprimés des photos, ou des documents de combats et d’engagements de tout un chacun.

D’origine iranienne, née en 1977, Sima Khatami vit depuis plus de dix ans à Paris. Après avoir fait l’école des Beaux-Arts de Téhéran et suivi une formation d’art dramatique au Théâtre de la Ville de Téhéran, elle intègre l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de Christian Boltanski. Aujourd’hui, réalisatrice et artiste plasticienne, elle collabore avec des artistes de différents médiums dans le cadre de performances et d’expositions, tout en réalisant des films.

La pratique artistique de Stéfane Perraud aborde l’histoire des arts et celle des sciences comme deux sources de langages. Dans son processus de travail, l’artiste choisi des sujets de réflexions qui lui permettent cette double approche afin d’en comprendre les symboles persistants. Dans cette recherche, la relative précarité de ces symboles affleure: leurs mutations successives révèlent les marques profondes que le temps laisse dans la mémoire. Sa démarche artistique tente d’explorer ces discontinuités de notre compréhension du monde, non pas pour les abstraire mais pour les appuyer, en faisant appel à un répertoire de signes nouveaux. Les règles inventées par l’artiste confèrent à ses œuvres une logique singulière. Ces agencements inédits produisent du sens, entre le visible et le nommable. Si son œuvre développe une pluridisciplinarité, c’est avec constance que sa pratique interroge les concepts de langage et de lumière, comme méthodes symboliques et techniques de figuration de ses recherches.