PHOTO | EXPO

Les Rencontres d’Arles 2013. La Politique des images

01 Juil - 25 Août 2013
Vernissage le 01 Juil 2013

Alfredo Jaar, chilien exilé à New-York et architecte de formation, est un artiste protéiforme, qui emprunte autant au documentaire qu’à la peinture, au cinéma, à l’architecture et conduit à s’interroger de plus près sur les relations entre la photographie et l’actualité.

Communiqué de presse
Alfredo Jaar
Les Rencontres d’Arles 2013. La Politique des images

«Une grande partie du travail d’Alfredo Jaar consiste à interroger la photographie dans son rôle de témoin journalistique prétendument objectif.

« Aucune image n’est innocente. Chacune porte en elle une vision du monde. Or personne ne nous apprend à les lire. »
Alfredo Jaar

À travers des installations, des projections, l’accumulation de documents qui convergent vers un message que le visiteur découvre progressivement, physiquement souvent, Alfredo Jaar bouscule nos éventuelles certitudes sur la vérité de l’image, les bonnes intentions de la presse, le point de vue occidental sur les événements.

Ses obsessions sont celles d’un citoyen chilien, fortement imprégné de culture française, dont la famille a été poussée à l’exil par la dictature, et qui regarde désormais le monde depuis New York.

Dès les années 80 Il a très consciemment voulu être l’artiste qui ramènerait les convulsions de l’hémisphère sud au centre de l’art contemporain, alors plus préoccupé par son auto-narration et par le «street art», et de moins en moins tourné vers la solidarité internationale qui avait animé les années d’après guerre.

Architecte, il maitrise l’espace et entraine le visiteur dans de brèves performances dont il devient acteur. Alfredo Jaar nous piège souvent dans un flagrant délit de perception trop superficielle des images. La plupart des installations installent un dialogue avec la photographie. Elles évoquent la dictature chilienne, le rapport de la presse américaine à l’Afrique, le génocide rwandais, la traque de Ben Laden, des héroïnes des Droits de l’homme…

Alfredo Jarr ne manque pas de traiter le rapport de la photo au misérabilisme, à sa réception aussi lorsqu’elle est œuvre mais aussi et surtout œuvre-témoin des atrocités de la guerre ou de la famine sans oublier les questions liées à la propriété des images. Celles-ci se retrouvant alors à instrumentaliser l’émotion et à servir in fine le jeu de stratégies de communication aux enjeux divers et variés.

Un tel ensemble d’œuvres d’Alfredo Jaar est une première en France et occupe toute l’église des frères Prêcheurs.»
François Hébel

Alfredo Jaar est né en 1956 à Santiago du Chili. Il vit et travaille à New York.

Exposition présentée à l’église des frères Prêcheurs, Arles.

Vernissage
Lundi 1er juillet 2013