ART | EXPO COLLECTIVE

Les possédé(e)s

03 Mai - 02 Juin 2012
Vernissage le 02 Mai 2012

Conçue comme une somme de «visions» hétérogènes et inattendues de l’allégorie du medium, l’exposition est un mélange de signes et de symboles qui plonge le spectateur dans une myriade de possibilités significatives.

Tim Braden, Sophie Bueno-Boutellier, Cécile Dauchez, Guillaume Gattier, Theo Michael, Lidwine Prolonge, Fabrice Samyn, Analia Saban, Jocelyn Villemont
Les possédé(e)s

L’exposition «Les Possédé(e)s» propose d’observer l’oeuvre d’art comme le lieu de la négociation entre deux voix dissonantes, celle du monde et celle de l’artiste, à travers l’allégorie du médium. Le médium, personne «capable de percevoir les messages des esprits des défunts», réalise la prouesse de pouvoir parler pour autrui, à charge bien entendu d’en convaincre son public. Il se confronte à la difficulté de retranscrire le plus humblement possible ces voix qui lui sont étrangères : mais ce faisant, il construit paradoxalement une pratique d’auteur, l’éloignant de son simple rôle de serviteur.

La question n’est alors pas tant de savoir si le médium dit vrai, que de comprendre par quels moyens et par quelles stratégies il met en œuvre son discours. La chimère d’une vérité artistique objective a été globalement écartée depuis les années 60: depuis, l’art cherche plutôt à restituer la complexité croissante de nos subjectivités, face à la déliquescence d’un ordre mondial jadis unique. L’artiste s’affirme comme une sorte de traducteur d’expériences, dont seule la virtuosité peut permettre de juger de sa position d’imposteur ou de démiurge, à l’image d’un médium particulièrement possédé par les esprits qui l’animent.

Pour l’exposition ont été choisies des œuvres qui témoignent de cette tension auteur/serviteur: la parole de l’artiste joue à cache-cache avec ce dont il se réclame. Héritiers d’une histoire de l’art séculaire (Analia Saban, Theo Michael), observateurs des civilisations (Jocelyn Villemont, Tim Braden), portes-paroles critiques de sociétés secrètes (Lidwine Prolonge, Guillaume Gattier), agnostiques mystiques (Sophie Bueno-Boutellier, Fabrice Samyn) ou numériques (Cécile Dauchez), les artistes, tels des possédé(e)s, s’expriment souvent pour quelque chose ou quelqu’un d’autre, mais finissent toujours par avoir le dernier mot. Quand dans l’oeuvre, point culminant de la schizophrénie médiumnique de l’artiste, arrivent à se combiner subjectivité et vérité universelle jusqu’à l’indifférenciation, elle fait alors taire le temps d’un instant, le violent larsen de nos dissemblances.

Vernissage
Mercredi 02 mai 2012