ART | LECTURE

Les Mots exquis des Esquimaux

09 Fév - 09 Fév 2013
Vernissage le 09 Fév 2013

La collaboration entre Gilles Durand et Guillaume Ertaud est une défense de la langue et du rythme. La lecture de Gilles Durand appelle des personnages connus tout en faisant vaciller la langue. Le rythme des alexandrins est bousculé par celui de la batterie. Le tout donne l’envie de se réapproprier une langue que nous confisque trop souvent nos représentants.

Gilles Durand, Guillaume Ertaud
Les Mots exquis des Esquimaux

«Je suis un poète qui défend la langue française contre sa dégénérescence, je suis un poète qui sauve sa langue, en la faisant travailler, en la faisant vivre, en la faisant bouger

Si ce propos du poète Christophe Tarkos sur son travail s’applique aussi à celui de Gilles Durand, il est important d’ajouter ceci: formé à l’école des Beaux-Arts de Nantes, Gilles Durand «s’intéresse à la langue mais aussi aux images liées aux conditions de vie contemporaine et aux marges.»

En 2008 à la base d’Appui d’Entre-deux, il a réalisé un diaporama intitulé Monologue d’intérieur où s’alternaient les images puisées sur internet de projets d’immeubles produits par le lot commun des agences d’architecture et les paroles d’un personnage misanthrope et haptophobe.

Cette fois-ci Gilles Durand nous propose, en collaboration avec Guillaume Ertaud, une «lecture enrichie».

Guillaume Ertaud est «musicien par intermittence, autodidacte nourri au croisement des registres expressifs (arts visuels, littérature), il aborde le rythme sur le mode de la rencontre. Sa pratique instrumentale, orientée vers l’improvisation, navigue dans le brassage des battements qu’offre le temps présent.»

«Le maître-mot de la rencontre expérimenter pourrait être
La batterie préparée de Guillaume Ertaud poésie de Gilles Durand
Ce mot réaffirme la nécessité alors que la vieille poésie règne
L’attaquer la rendre étrangère et ainsi de la musique la travailler
Travailler la langue l’attaquer la rendre étrangère héritiers
Et de la performance il ne s’agit pas de spectacle
Du 20ème siècle d’une part des avant-gardes historiques
S’inscrit résolument dans le free-jazz d’autre part leur rencontre
Gilles Durand Guillaume Ertaud modernité à la farce en alexandrins
Avec des percussions récupérées répond par une improvisation débridée
C’est une nouvelle expérience le grotesque est de rigueur et à chaque lecture
A la batterie de le lire alliée aux percussions rien n’est cadré
Le texte et la manière le texte en alexandrins cela crée une musique poème de 4 quatrains non rimés
Jouer avec rire à leurs dépens, utilisent ce système pour mieux en rire
Guillaume Ertaud voilà ce qu’ils aiment créer Gilles Durand»

Gilles Durand a lu au Violon dingue, au Fouloir (Saint-Herblain), à O’librius, à la base d’Appui d’Entre-deux, à la Rotonde, à l’université permanente, à l’atelier Alain Lebras, au Kran/Bitche. Avec Guillaume Ertaud, ils ont performé chez Mr Jules, au Carafé, à la Rotonde, à Livresse et en plein air près du Lieu unique.