DANSE | SPECTACLE

Les Inaccoutumés. Deux ou trois bagues au doigt

29 Nov - 30 Nov 2013
Vernissage le 29 Nov 2013

Deux ou trois bagues au doigt d’Annabelle Pulcini parle d’amour et d’éternité. Avec une volonté d’authenticité, la pièce va et vient entre sérieux, distance, naïveté et ironie salvatrice. Le public est invité à partager l’intimité d’un quatuor, petite communauté avec de drôles de pratiques que l’on pourrait qualifier de jodorowskiennes.

Annabelle Pulcini
Les Inaccoutumés.
Deux ou trois bagues au doigt

Je pars de mon expérience signifiante de la fasciathérapie, pratique somatique qui prend le corps dans sa globalité pour accompagner des troubles physiques ou psychiques. La base de cette pratique est l’éveil et la perception au mouvement interne comme mode de relation à soi et à l’autre. C’est un outil étonnant pour la danse et la performance qui stimule l’intériorité et la subjectivité, la présence et «l’intimité» des danseurs: ensemble de sensations, points de vue et (re)connaissances. J’aspire à faire cohabiter ou se rejoindre ces sensations, propres à chacun, avec des images d’un univers cinématographique fort. Nous expérimentons ainsi certains aspects de cette pratique en résonnance avec l’œuvre d’Alejandro Jodorowsky. Réalisateur, auteur et acteur d’une poignée de films surréalistes et provocateurs, il pratique la psychomagie, le tarot de Marseille et la psychogénéalogie. Son cinéma est reconnu pour être cru et mystique. Il évoque très librement l’amour, la trahison, la manipulation, les croyances, la dépendance, la filiation, l’infirmité, la monstruosité physique… A priori ses images et ses films sont extrêmement éloignés de nos canons culturels mais bousculent et interrogent de par leur profond humanisme.

Intuitivement, je passe par le contraste permanent entre fascination et rejet de ses deux mondes qui m’intriguent à la fois par leur rattachement au réel et leur ésotérisme. Repérer par la pratique et la perception ce qui fait écho entre ses espaces intérieurs et extérieurs, corporels et culturels pour reconnaître les contradictions dont nous sommes fait. (Annabelle Pulcini)

Conception et chorégraphie: Annabelle Pulcini
Avec: Gaspard Guilbert, Elise Ladoué, Annabelle Pulcini, Alexandre Théry.
Collaboration artistique: Audrey Gaisan Doncel, Elise Olhandéguy, Martha Rodezno, Carole Perdereau.
Lumières: Yannick Fouassier
Environnement sonore: Samuel Pajand
Musique: Jean Sébastien Bach et Julia Holter
Costumes: Ateliers Flûtin
Texte: Citations et extraits de Éloge de l’amour de Alain Badiou et Nicolas Truong.

Repères biographiques
Annabelle Pulcini a collaboré avec Dominique Bagouet, Olivia Grandville, Sylvain Prunenec, Loïc Touzé, Jennifer Lacey, Alain Michard ,Vincent Dupont… et plus récemment avec Boris Charmatz et Hélène Iratchet.
Elle chorégraphie les soli Un petit socle en 1997, Variété en 2004, Now en 2009 avec le chorégraphe brésilien Gustavo Ciriaco, et le duo Cochons Farcis.
En 2013, elle reprend Une scène rouge d’après Dominique Bagouet. Elle enseigne auprès d’un large public et pratique depuis 2009 la fasciathérapie et la psychopédagogie perceptive. Elle poursuit à travers ces méthodes ses réflexions sur le corps et le mouvement, en lien avec la création, la pédagogie et le soin.

Informations
Salle Off
20h30