ART | EXPO

Les Impromptus (Part3) Encore! (du désir au plaisir)

17 Mar - 21 Mar 2010
Vernissage le 19 Mar 2010

Que dit l’art actuel de nos pratiques qui se veulent et se persuadent d’être décomplexées? À travers différents médiums tels que la vidéo, les installations, la peinture et le dessin, les artistes d’aujourd’hui expriment à leur manière, une vision de la sexualité, subjective ou fruit d’une image collective.

Communiqué de presse
Cyrille André, Gilles Balmet, Pierre Bismuth, Alexandra David, Vanessa Debray, Laurent Faulon, Sarah Guichard, Edouard Levé, Trine-Lise Nedreaas, Martin Roulet, Sophie Usunier
Les Impromptus (Part3) Encore! (du désir au plaisir)

La sexualité est l’un des plus grands tabous de l’histoire Européenne. Parallèlement et peut-être paradoxalement elle a toujours été présente dans l’art de manière plus ou moins cachée. Artistiquement, l’histoire du plaisir et de la sexualité est diverse et multiforme.

Elle est montrée librement en Inde et au Japon. Suggérée, exprimée de manière détournée dans notre société européenne. Au fil des siècles, la roue de la pudeur a tourné: l’Antiquité montrait le sexe ostensiblement, le Moyen Age le dissimulait, jusqu’au grand retour de l’érotisme au XVIIIe siècle…

Aujourd’hui le regard que notre société a sur la sexualité est plus complexe. Entre tabou et apologie, le sexe est partout: du jeu érotique intime à la grande Comédie du sexe sur nos écrans, de la jouissance à la luxure «scénographiée», la sexualité fait partie de notre quotidien. De la démocratisation des films pornos au porno chic dans la pub, le désir peut même devenir objet commercial.

Parler de sexe se veut alors évident; excitant, violent, fantasmé, apeuré, ludique, frustré ou perverti, la façon de le concevoir ainsi que les stéréotypes abondent, cependant les émotions ressenties restent toutes personnelles, fruit d’une enfance, d’une éducation et d’un vécu. Envie, désir, besoin, il obsède les esprits.

Les expériences permettent une découverte de son propre corps mais aussi de celui de l’autre. Sans préjugé, il faut alors prendre et donner; offrir et recevoir le plaisir. Mais les discours foisonnent et filtrent ce réel dans notre société de communication.

Les créateurs sortent l’intime de la chambre par une exploration avec ou sans limites. La notion d’identité est alors en jeu, ainsi que le rapport au charnel, au sida, à l’image banalisée du porno ou encore aux pratiques dites «en marge».

L’exposition, à travers différents travaux d’artistes, voudra interpeller le visiteur, le questionner dans son rapport à l’image et à la sexualité. Elle explorera rapidement comment l’art d’aujourd’hui évoque notre rapport à l’érotisme et à la sexualité. Gêne ou désir, pourvu qu’on ait l’ivresse…