ART | EXPO

Les impressionnants

12 Juin - 26 Sep 2004
Vernissage le 19 Juin 2004

Rencontre entre deux univers : le champ artistique et le champ militaire, pour révéler les codes et attitudes de l’armée, sortie du contexte de la guerre. Récits d’histoire réelles et fabulées, céramiques et photographies. Le tout réalisé par des légionnaires et des invalides de guerre.

Communiqué de presse
Bernadette Genée, Alain Le Borgne
Les impressionnants

Impression : ce qui reste de l’action qu’une chose a exercé sur un corps.
Faire impression : se dit aussi, en termes militaires, de l’action du feu sur une troupe.
Impressionnant : qui produit une impression, ex. : « Les tibias, rangés avec symétrie, les têtes de mort alignées, forment la décoration impressionnante de cette partie des catacombes. » (Journal Officiel du 28 octobre 1874 p. 7132). Littré
Bernadette Genée et Alain Le Borgne partent à la recherche de points de rencontres et d’intersections entre deux univers souvent vécus comme antagonistes, le champ artistique et le champ militaire:
Ils enregistrent des histoires réelles et fabulées de légionnaires, font fabriquer par des invalides de la Légion Etrangère des céramiques inédites, photographient des gestes, désignent parmi les collections du musée de l’Armée des documents, des objets et réalisent des prises de vues qui mettent en jeu la représentation des individus dans leur milieu.
Ces travaux résultent de relations croisées entre les grands invalides de Guerre, civils et militaires qui résident à l’Institution nationale des Invalides à Paris, les médecins de l’institution, le Gouverneur des Invalides, les invalides de la Légion Etrangère et les documents rassemblés. Les deux expositions tendent par-delà les codes et usages de l’armée à signifier les attitudes et expressions singulières qui persistent en chaque individu malgré les effets de la normalisation sociale.

Rez-de-chaussée
– 1ère séquence : lectures au jardin des Invalides
Bernadette Genée et Alain Le Borgne rassemblent livres, mémoires, autobiographies, souvenirs… une sélection parmi les ouvrages publiés par les grands invalides : autant d’actes de langages, d’histoires et d’objets de mémoire. Lectures et rencontres possibles entre plusieurs mondes séparés face au jardin des Invalides dont les ifs sont traditionnellement taillés en forme d’obus.

– 2ème séquence : au pied de la montagne Sainte Victoire
Un an et demi de rencontres avec les pensionnaires de l’institution des Invalides de la Légion Etrangère, située à Puyloubier au cœur d’une propriété viticole au pied de la montagne Sainte Victoire a abouti à la réalisation du jardin Hongrois, 130 barrettes en céramiques montées sur pieds de vigne créent une étonnante généalogie bigarrée de décorations militaires, le mémorial d’une campagne fictive inspirée par l’histoire des trois hongrois. C’est à l’intérieur de leur petite manufacture de céramique (conçue sur le mode des manufactures qui occupaient les invalides à Paris sous Louis XIV) que Bernadette Genée et Alain Le Borgne ont proposé la mise en place d’un atelier de recherche et de production pour réaliser avec les pensionnaires des pièces qui évoquent pour eux des campagnes, un vaste jardin …

– 3ème séquence : aux Invalides à Paris
De fréquents contacts avec les grands invalides de guerre civils et militaires, les médecins et le Gouverneur des Invalides ont donné lieu à une collecte d’images, de sons, de documents, d’impressions : une centaine de pensionnaires formant une représentation sociale très large. « Entre lieu symbolique et espace de vie, lieu de mémoire et de représentation, institution nationale et lieu public, l’Hôtel national des Invalides nous apparaissent comme un labyrinthe formé d’îlots dont les frontières sont perméables ». Huit portraits d’Invalides en fauteuil roulant, forment un ensemble intitulé jardin du dôme, ils dialoguent avec malice et hors du temps avec les photographies d’armes, bacinets, gantelets, et des fac-similés de leurres parachutes utilisés le 6 juin 1944…tous extraits des collections prestigieuses du musée de l’Armée. « L’expression des corps fragiles, de leurs manques, la réalité inquiétante de ces protections, leur force de parole nous a frappé».

1er étage
– 4ème séquence : le bureau de poésies
Bernadette Genée et Alain Le Borgne présentent une Vidéo de 25 minutes rassemblant en trois séquences des documents chantés et lus par des légionnaires. Madrigal Farfelu, Pauvre chérie, sortilèges, 12 minutes de poèmes… extraits de Légion notre mère, anthologie de la poésie Légionnaire 1885-2000. Dans Aubade (5’58) des légionnaires chantent Il faut tenir ami et reprennent en cœur « Réveille-toi la nuit est longue – Quand durcit ton habit – Un coup éclatera dans l’ombre – Il te faut vivre ami », une chanson écrite par Pierre Giquel pour le carnet de chants des légionnaires. Les crèches de Noël se préparent à la Légion Etrangère avec le sérieux d’une bataille et deviennent le théâtre de savoureuses installations, je crèche derrière le musée (13’).

– 5ème séquence : les histoires de légionnaires
Diffusion dans la pénombre de pièces parlées, les histoires de légionnaires (69’), comme autant d’échos à leur plaisir de raconter, d’évoquer, de partager, de jouer à représenter leur image. Au centre de la pièce, deux pyramides, pièces montées de képis blancs anonymes réalisées en faïence par des pensionnaires de l’Institution des Invalides de la Légion étrangère. Une pyramide de Képis blancs a été exposée en 2002 au centre d’art contemporain de Quimper.

2ème étage, bibliothèque
– 6ème séquence : pièces à conviction du Transfert de compétences
Ensemble de documents et traces des différentes conversations téléphoniques qui ont eut lieu au Centre d’information et de recrutement de l’armée de terre de Nantes (CIRAT) et au Fonds régional d’art contemporain des pays de la Loire (FRAC) en juin 2002. Durant une semaine, la ligne publique téléphonique du CIRAT a été transférée au Frac, celles du FRAC ont été orientées vers le CIRAT : « Parler et répondre à des artistes, responsables d’institutions culturelles françaises ou étrangères en plein montage d’exposition n’était pas chose facile pour des militaires de carrière. Répondre à des parents inquiets du dossier de leur fille ou de leur fils, avec des candidats au recrutement pour des raisons fort diverses ou parler aux responsables militaires n’allait pas davantage de soi pour l’équipe du FRAC. Des moments de panique au début, suivis de périodes de fou-rires ont rendu la mise en œuvre de ces échanges très vivante et surprenante, bien au-delà de ce que nous avions imaginé ».
Nous rendons hommage à Jean-François Taddei qui avait mis en oeuvre cette expérience détonante au FRAC Pays de la Loire. Documents et objets témoins collectés par Bernadette Genée & Alain Le Borgne. Situés en amont de la production des pièces artistiques, ils se rapportent aux histoires, coutumes, souvenirs et rencontres : tampons, textes, livres, revues, notes, cv, photos de visa, bouteilles de la Légion Etrangère, caïdas, dessins, morceau d’onyx de Sidi Bel Abbes, képis…
Ce premier volet de l’exposition les impressionnants au Cneai est placé sous le patronage du Gouverneur des Invalides.

AUTRES EVENEMENTS ART