ART

Les caprices de Sarah Tritz

02 Avr - 02 Avr 2008

Qu’est-ce qu’un capriccio? Dans le cadre de l’exposition que Bétonsalon consacre à Sarah Tritz, une conférence est proposée au public, afin de définir et de comprendre l’origine, l’évolution et l’impact artistique et esthétique de cette notion de caprice contemporain.

Communiqué de presse
Sarah Tritz, Clara Pacquet
Les caprices de Sarah Tritz

Dans une volonté d’inscrire Bétonsalon dans son contexte par des projets tenant compte de la situation géographique de l’espace situé au coeur d’un quartier reconstruit encore en travaux mêlant architecture industrielle, habitats et commerces, l’artiste plasticienne Sarah Tritz travaillera pendant quinze jours sur place à la réalisation d’une oeuvre d’art composée entre autres matériaux de parpaings et de briques, qui prendra place au sein des murs de Bétonsalon.

L’installation évoluera tout au long de l’exposition, au rythme des changements de paysage observés jour après jour dans le quartier. En effet, Sarah Tritz continuera à travailler après l’ouverture et profitera de l’espace pour développer sa recherche à l’aide des nombreuses ressources environnantes (Université Paris Diderot – Paris 7, travaux de construction, école d’architecture Paris-Val-de-Seine, magasin Leroy Merlin de Ivry/Seine…) et des visiteurs.

L’artiste a également été invitée à programmer un cycle de “Rendez-vous”, l’occasion pour elle d’inviter quelques auteurs dont les pratiques permettront d’apporter plusieurs éclairages sur le travail de Sarah Tritz. Dans ce cadre, Clara Pacquet, doctorante à l’EHESS propose une conférence. Cette intervention entend questionner le travail de Sarah Tritz au regard de la tradition picturale du capriccio.

Le fonctionnement du caprice, son mode d’apparition, les interrogations plastiques qu’il soulève (les rapports du dessin et de la peinture avec la sculpture et l’architecture, la combinaison d’éléments disparates, la redéfinition ludique et joyeuse des frontières entre fiction et réalité, privé et public, légèreté et gravité), et enfin, la manière dont il engage à la fois l’artiste à l’oeuvre, et le spectateur face à l’oeuvre dans une opération de vivification, offrent un point de départ intéressant pour aborder ses installations et les éléments récurrents qui les constituent. Il s’agira donc de trouver un moyen terme entre, tout d’abord, une description de Capriccio cherche comtesse, et une possible définition du capriccio pour tenter d’instaurer un dialogue – quoique anachronique – entre les deux.

La conférence commencera à 20h.