ART | EXPO

Les Artistes se font des films

06 Juin - 06 Juin 2011
Vernissage le 06 Juin 2011

Garance Dauchy, créatrice d’Art//Pagode, propose ses «coups de cœur» pour l’art vidéo en présentant des oeuvres des artistes Sylvie Blocher, Katarzyna Kozyra, Enki Bilal, Fabien Verschaere et Christopher Winter.

Communiqué de presse
Sylvie Blocher, Katarzyna Kozyra, Enki Bilal, Christopher Winter, Fabien Verschaere
Les Artistes se font des films

Garance Dauchy, fille d’Elisabeth Dauchy, propriétaire de La Pagode, le seul cinéma du 7e arrondissement de Paris, propose des projections de films d’artistes contemporains dans la «Salle Japonaise»: un cadre magnifique devenu un cinéma en 1931 et classé monument historique depuis 1990. 


Juriste de formation, Garance Dauchy a tout d’abord travaillé auprès du galeriste Enrico Navarra. Nourrie d’une bonne connaissance de l’art contemporain, elle conseille depuis plusieurs années de discrets et influents collectionneurs pour leurs acquisitions.

Garance Dauchy propose aujourd’hui ses «coups de cœur» pour l’art vidéo, discipline novatrice et encore peu représentée en France. 

Pour lancer cette première saison, trois soirées privées exceptionnelles, soutenues notamment par Orange,  présenteront cinq artistes de renommée internationale: Enki Bilal, auteur dessinateur, peintre et cinéaste ainsi que Sylvie Blocher, vidéaste internationale née en France et Katarzyna Kozyra, vidéaste polonaise, toutes deux découvertes à Art Basel Miami. Enfin, Christopher Winter, artiste anglais, découvert à la galerie Edelman à New York, et Fabien Verschaere, artiste français découvert à la galerie Enrico Navarra à Paris.

La Galerie Maud B & Iséo est partenaire du deuxième épisode d’Art//Pagode consacrée à Sylvie Blocher qui jouit depuis des années d’une reconnaissance internationale mais qui est très peu représentée en France. Elle se consacre à la vidéo depuis son œuvre-manifeste créée en 1991: Déçue, la mariée se rhabilla.  Elle sort du système de production d’objets culturels, fétiches du Capital, qui alimentent une vaste politique de divertissement. Elle se consacre à la vidéo, médium léger et itinérant qui l’accompagne à travers le monde, devenu son vaste atelier partagé, pour produire des images lestées du poids de l’existence. Elle avait déjà fait une incursion vers la vidéo avec ses Nuremberg en 1987. En 1992, elle crée la série des Living Pictures où elle tente de redonner la parole aux images, de substituer des visages et des récits aux fantômes et bruits indistincts du monde. Elle figure l’invisible des corps et des personnes qui acceptent lors d’un protocole de tournage strict de lâcher prise et se révèlent à eux-mêmes autres qu’ils se connaissent et se laissent connaître. L’émotion refoulée par la Modernité retrouve sa place dans l’art. En 2005, elle crée les Urban Stories, sortes de carnets de voyage filmés.

Katarzyna Kozyra est une artiste polonaise née en 1963 qui vit à Berlin. Elle se consacre à la photographie, à la vidéo, au théâtre et à la performance. Son exploration du vêtement comme chair l’amène à s’interroger sur la performativité des genres. Elle obtient la mention d’honneur à la Biennale des arts visuels de Venise en 1999.

Soirée privée sur invitation.