ART | EXPO COLLECTIVE

L’époque, les humeurs, les valeurs, l’attention. 16ème Prix Fondation d’entreprise Ricard

10 Sep - 31 Oct 2014
Vernissage le 09 Sep 2014

Sur une proposition de castillo/corrales, six jeunes artistes livrent leur vision d’une époque où tout semble se mouvoir à chaque instant. Les temps changeants influent sur les comportements, de manière à la fois passagère et profonde. Pourtant, cette génération d’artistes sait que l’attention, justement, est la seule force dont elle dispose pour contrer les tensions qui l’affectent.

Marie Angeletti, Camille Blatrix, Jean-Alain Corre, Audrey Cottin, Hendrik Hegray, Mélanie Matranga
L’époque, les humeurs, les valeurs, l’attention
16ème Prix Fondation d’entreprise Ricard

Le Prix Fondation d’entreprise Ricard sera remis à l’un des artistes de l’exposition réalisée par castillo/corrales lors du Bal jaune qui se tiendra le 24 octobre 2014. Ce Prix est décerné par un jury de collectionneurs, amis des grands musées d’art contemporain, et des commissaires des précédentes expositions du Prix Fondation d’entreprise Ricard. Il consiste en l’achat d’une œuvre au lauréat. Cette œuvre est ensuite offerte au Centre Pompidou qui la présente dans ses collections permanentes.

Aujourd’hui, la Fondation d’entreprise Ricard a décidé de renforcer la dotation du Prix en finançant également la réalisation d’un projet personnel du lauréat à l’étranger (vidéo, performance, installation, etc.).

Selon castillo/corrales, «cette exposition est un échafaudage d’intentions instables, vivantes et anxieuses, élaborées collectivement, un dialogue circonstanciel entre un groupe polymorphe de curateurs dont l’activité à Paris s’est constituée autour de l’espace d’exposition castillo/corrales, et six artistes à peine trentenaires intrigués par la situation: Marie Angeletti, Camille Blatrix, Jean-Alain Corre, Audrey Cottin, Hendrik Hegray et Mélanie Matranga.

Choisir un titre pour l’exposition qui en rappelle un autre, baudelairien, «L’époque, la mode, la morale, la passion», est une façon de penser à voix haute. Sans doute ces notions continuent-elles de jouer à plein dans l’appréciation des œuvres d’un artiste. Mais la mode, la morale, la passion s’affirment sur le mode du décret, et traduisent sans doute moins bien aujourd’hui la sensibilité qui caractérise notre rapport aux choses.

Dans cette époque, tout semble se mouvoir à chaque instant, au fil du temps, un temps changeant, influant sur les comportements de manière à la fois passagère et profonde. Cela ne revient pas à dire que la «génération» qui incarne cette sensibilité soit dénuée de valeurs plus durables, résistantes, que le régime volatil des humeurs auquel on veut souvent la réduire. Prétendument en défaut de concentration, elle sait pourtant que l’attention, justement, est la seule force dont elle dispose pour contrer les tensions qui l’affectent. Rien n’est simple; mais ces artistes avancent, dans l’entre-deux du sentiment d’impuissance et de l’hyperlucidité.»

Vernissage
Mardi 9 septembre 2014 à 18h30