ART | EXPO

Le temps de la métamorphose 05

05 Mai - 31 Déc 2013
Vernissage le 05 Mai 2013

En ce lieu, 77 parcelles de vignes sont disséminées au sein d’un vaste domaine à flanc de montagne. Elles forment ici et là de petites terrasses face à la montagne Sainte-Victoire où Colin Champsaur, John Deneuve et Alain Domagala nous présente chacun une œuvre in situ sur la question de la métamorphose.

Communiqué de presse
Colin Champsaur, John Deneuve, Alain Domagala
Le temps de la métamorphose 05

— Colin Champsaur présente son œuvre Remises aux chants secrets 03 et s’interroge sur la manière de faire du différent avec du même, d’utiliser les mêmes matériaux pour créer des formes de prime abord similaires et cependant différentes. Entre contenu et contenant deux types de matériaux se conjuguent, l’un stable et l’autre malléable, puisque mental. Trois remises de jardin disposées sur un socle interrogeant aussi bien le dispositif de la résidence et de l’œuvre in situ que le procédé de la métamorphose et des ses états intermédiaires. Comme dans le jeu des 7 erreurs, le visiteur tentera de trouver les modifications puis trouvant les portes closes, sera amené à penser le contenu de chacune des remises.

— John Deneuve présente «No hay camino, hay que caminar» Luigi Nono qui, situé au bord de l’étang, au milieu des roseaux, reprend la figure emblématique de la série télévisée Ulysse 31, Nono le Robot, fidèle compagnon de Télémaque et le transforme en une vanité. Le Nono est représenté morcelé et rouillé, effet qui va s’accentuer sous l‘action des éléments naturels durant l‘exposition sur le Domaine. Son usure comme son démembrement reflètent ceux de notre esprit critique cherchant à lutter, en vain comme Ulysse face aux dieux, à la vacuité de la culture de masse. (Cette oeuvre a été co-produite en partenariat avec l’Atelier NI, Marseille.)

— Alain Domagala installe Nous voyagerons debout au détour d’un chemin. Une voie de garage aménagée dans le paysage accueille un étrange véhicule de couleur jaune, monospace: un cercueil extrudé en un profil dynamique, ses roues sans époque. En en faisant le tour, nous ne découvrons ni porte ni trappe pour y pénétrer. Seule une inscription sur l’arrière, gravée dans la matière nous indique le chemin «Nous voyagerons debout», promesse d’un avenir glorieux. La métamorphose rythme le Naturel, elle est le moteur d’un mouvement perpétuel. Elle contingente nos existences labiles et à terme nous fait rejoindre les grands cycles. Cet objet est pensé comme métamorphose de la métamorphose. Il est à la fois chariot nous menant à la conquête de nouveaux espaces et meuble ultime, véhicule pour l’éternité. Le jaune signale l’ambivalence, le triomphe de la vie et son aspect toxique.

Cliquer ici pour consuler le site internet du Château Grand Boise

Vernissage
Dimanche 5 mai 2013