DANSE | CRITIQUE

Le Sacre du printemps

PCéline Torrent
@27 Avr 2012

A l’approche du centenaire du Sacre du Printemps primitif, ce n’est pas au Théâtre des Champs Elysées, mais au palais de Chaillot que Jean-Claude Gallotta nous présente sa version de l’œuvre séculaire, précédé de Tumulte et Pour Igor.

Le spectacle commence par un cri avant le Tumulte des corps. Significativement vêtus des costumes qu’ils porteront pendant les temps forts du Sacre, les danseurs, déjà investis de la même énergie, saturent l’espace de traversées fulgurantes. Dès cette pièce liminaire, les lieux s’imprègnent de courses furieuses, successions de sauts acharnés, plongées au sol… autant de préfigurations visuelles des accents sonores à venir. La scène se vide tout-à-coup pour Igor… Une première «élue», vêtue de noir, demeure seule pour incarner les mots de Gallotta, susurrant depuis les coulisses sa lettre ouverte à Stravinsky.
Notons que l’hommage vibrant au compositeur ne mentionne à aucun moment le chorégraphe originel, comme si célébrant l’héritage du musicien, Gallotta rejetait en revanche implicitement toute filiation avec Nijinski. Son Sacre aura de fait bien peu de liens avec la chorégraphie du scandale de 1913.

Les très reconnaissables premières notes du prélude se glissent enfin dans le silence revenu. Se découpant sur le clair-obscur lumineux, des silhouettes apparaissent dans leurs amples et flottantes chemises blanches, cortège de fantomatiques somnambules au milieu duquel détonne le corps — apparemment — entièrement nu d’une danseuse. Evoluant souplement sur les courbes musicales du basson, les danseurs prennent lentement place, retenant leur souffle… jusqu’au moment où le tonnerre des «augures printaniers» éclate en de fulgurants éclairs percussifs, électrisant les corps.

Selon les vœux du chorégraphe, une continuité esthétique s’instaure de manière évidente avec L’homme à tête de chou, sa précédente création: saccades frénétiques n’acceptant pas le repos, lâchers de tête et de chevelure, respirations et soupirs ponctuant les acmés rythmiques. Les costumes eux-mêmes inscrivent pleinement la pièce dans l’ambiance «underground» du monde de Gainsbarre, des tenues très rock griffées années 90 (à des années lumière de toute immémoriale tunique rituelle), aux sous-vêtements dépareillés contrastant «gallottiennement» (mais non moins grossièrement) avec les mocassins et chaussettes noirs.

Si quelques beaux moments chorégraphiques ancrent de façon intéressante l’héritage de Stravinsky dans l’ère de la vacuité contemporaine, force est de constater que quelque chose manque…une profondeur, une âme à cette version du ballet séculaire, de fait plus édulcorée que subversive.

Le choix de faire du Sacre une sorte de L’homme à la tête de chou II pose problème, dans le sens où la partition stravinskienne, puisant son inspiration dans les forces vives des entrailles telluriques qui accouchent du printemps, se fond bien mal dans cette nébuleuse atmosphère bleu pétrole. Comme avec le personnage de Marilou, Gallotta fait le choix de diffracter la figure de l’Elue à travers toutes ses danseuses dites «éligibles». Mais alors que ce parti pris se justifiait pleinement lorsqu’il s’agissait de plonger le spectateur dans les oniriques méandres de l’imagination de Gainsbourg, il semble ici bien moins pertinent. Sans Elue, vecteur de la tragédie donnant sens à la musique originelle, le ballet n’a de «sacré» que le nom. L’imbroglio de gestes enfiévrés, éclaté en tous points de l’espace et ne se recentrant que ponctuellement sur quelques — au demeurant très beaux — solos ou duos, finit par n’évoquer que les vaines gesticulations d’une danse macabre. Sur l’autel de la dansité compulsive, c’est la densité significative qui semble être sacrifiée. La performance physique des danseurs est certes admirable, mais là où une Pina Bausch savait nourrir la vigueur corporelle d’une flamme profondément intérieure, Gallotta ne nous offre que de superficiels feux follets, agitation aussi exacerbée que vide de sens.
La chorégraphie flotte au-dessus du feu sacré animant la musique sans parvenir à absorber sa puissance intrinsèque, «volutes de sèches au menthol» trop évanescentes…