DANSE | SPECTACLE

Le Moulin du diable

06 Nov - 07 Nov 2015
Vernissage le 06 Nov 2015

Fouad Boussouf participe à la reconnaissance artistique de la danse Hip Hop. Il part des gestes quotidiens pour en extraire les mouvements liés à nos temps modernes. La chorégraphie repose donc sur une confrontation entre des gestes naturels et ceux qui sont conditionnés par l’urgence.

Fouad Boussouf
Le Moulin du diable

Etre pris par le temps, n’est-ce pas être dépossédé d’une partie de soi ? Le pouvoir du temps, ou comment le temps régit notre quotidien ?

A l’heure où nous faisons l’expérience d’une cadence de vie qui s’accélère, la peur de manquer de temps devient une préoccupation de chaque instant. Il y a comme un besoin impérieux de ralentir, de prendre son temps, pour soi, pour les autres, une volonté farouche de s’emparer du rien et de l’instant. Mais où se trouve ce temps libre du ici et du maintenant ?

A cette hypothétique liberté de vivre et d’agir se confronte une nouvelle forme de domination à la fois insaisissable et intégrée en chacun de nous, l’impératif de ne jamais être en retard. Enfin, comment la danse, une articulation du corps et de l’esprit génère son propre vocabulaire face à cette pression du temps ?

Le Moulin du Diable, où comment le sentiment de liberté se fond avec les impératifs temporels, une réflexion sur les horloges qui nous animent et nous articulent, celles des sociétés, des corps et des saisons.

Le Moulin du Diable est une expression rapportée par Pierre Bourdieu, utilisée par les paysans kabyles des années 1950 et qui désigne l’horloge.
Le rythme de vie s’accélère et avec lui le corps moderne, celui qui colle à son temps, de manière machinale et contraignante, dans ses excès souvent. Il séquence nos actions et leur nombre. Cette pièce, pour 5 danseurs, met en perspective les différentes relations que le corps peut entretenir avec le temps en particulier l’accélération.

Le temps naturel est en lien avec le rythme physiologique du corps humain et des êtres vivants en général. L’alternance de la nuit et du jour, les saisons sont les éléments essentiels qui divisent le temps et rythment le métabolisme de l’homme.

Il est étroitement lié à la morale religieuse et à l’économie. Le faire est essentiel, occuper le corps c’est occuper l’esprit. Ne rien faire est proscrit, ne dit-on pas « bon à rien ». C’est notre époque , accélérer le rythme, sans cesse, ralentir serait prendre le risque d’être dépassé.

Le Moulin du Diable est une horloge déréglée, un univers ou cohabitent des personnages singuliers dans plusieurs espaces-temps à la fois réalistes et oniriques. Autour de cette thématique générique du temps et de son apparente accélération, émerge une pièce précisément intemporelle.