ART | EXPO

Le Jardin des heures

10 Nov - 19 Jan 2013
Vernissage le 07 Nov 2012

Pour les dix ans de l’Arthotèque, les arts au mur invite les artistes brésiliens Angela Detanico et Rafael Lain à présenter des pièces sonore, peintures murales, installations, vidéo, textes et images numériques qui dialoguent entre elles dans une grande poésie, autour de la question des rapports complexes qui lient temps, espace, univers, lumière et son.

Angela Detanico, Rafael Lain
Le Jardin des heures

Le Jardin des heures est une pièce sonore de 12 heures construite autour d’un icosaèdre tronqué (installation murale). Un son est attribué à chacune des 32 faces de cette forme, qui fonctionne comme une horloge sur laquelle l’apposition de mains imaginaires déterminerait la combinaison des éléments sonores (création).

Transposition du langage sous une forme graphique, Vague retranscrit au sol l’alphabet en ondulations de sel…

Sorte d’horloges littéraires, Timewaves (Chapter II) révèlent au fil du temps les mots qui composent une page de Virginia Woolf. Telle une montre, l’évolution en temps réel des aiguilles autour du centre de la page fait apparaître et disparaître des fragments du texte. Les neuf Timewaves correspondent aux neuf pages d’ouverture des sections de The Waves, chacune commençant par une description du soleil et des vagues, au bord de la falaise. L’évolution des horloges est aussi celle des sections, puisqu’au fur et à mesure du livre et de la journée le soleil réalise son parcours quotidien, de l’aurore au crépuscule, dévoilant l’espace d’une rotation l’intégralité physique du texte, même si celui-ci n’est jamais complet.

«Dans Le nom des étoiles signifiant, signifié, et référent s’entrechoquent. Point de départ: une liste de noms traditionnels d’étoiles employée par les astronomes qui reste imprécise parce qu’elle s’appuie sur des registres très anciens. Le nom de chacune des étoiles est écrit en Helvetica Concentrated, une autre de leurs créations, où la surface de chaque point correspond à la quantité d’encre nécessaire à l’écriture de chaque lettre en Helvetica. Le mot revêt ici la forme d’une étoile. Le nom de la chose devient la chose elle-même: l’œuvre d’art cherche à déjouer l’arbitraire du signe en établissant une corrélation entre le mot et la chose du monde dans une représentation.» (Audrey Illouz, « Angela Detanico, Rafael Lain », French Connection, Black Jack Editions, 2008.)

The longest day/the shortest day, (peintures murales) décline l’intensité de la lumière heure par heure pendant les 24 heures du jours le plus long et du jour le plus court. Les heures sont peintes dans des tons différents: noir la nuit, gris foncé à clair pour l’aube, gris clair à foncé pour le crépuscule, puis noir à nouveau (création).

Après des études en linguistique et de sémiologie pour l’une et de graphisme pour l’autre, Angela Detanico et Rafael Lain développent une pratique au croisement du graphisme, du langage et de l’art. Originaires du Brésil, ils vivent et travaillent à Paris depuis 1996.

Conceptuelle et utilisant de nouveaux moyens de création sonore, graphique et plastique, leur démarche s’articule autour d’une recherche scientifique, mathématique et littéraire des systèmes de représentation et d’écriture du temps, de l’espace, de la mémoire, de l’infini et s’exprime dans un formalisme rigoureux et épuré d’une grande poésie.

Oscillant entre technique rudimentaire et technologie de pointe, leurs pièces prennent des formes aussi diverses que la lettre, le mot, l’image fixe, la vidéo, le son et l’installation. Qu’il s’agisse d’alphabets, de cartographies ou de corps célestes, ils s’attaquent aux fondements des codes régissant notre quotidien, persuadés du croisement s’opérant entre le signe et le sens. Les deux artistes considèrent «les mots comme des choses que l’on regarde et non comme une coquille qui amène le sens». Signifiant, signifié, et référent s’entrechoquent.

Représentés par la galerie Martine Aboucaya, Angela Detanico et Rafael Lain ont exposé en France au Jeu de Paume et au musée Zadkine et dans de nombreux pays. Ils ont participé à plusieurs expositions internationales et ont représenté le Brésil à la 52ème Biennale de Venise en 2007.