ART | EXPO

Le film et son double. Du film performatif. Séance 2

19 Mai - 19 Mai 2015
Vernissage le 19 Mai 2015

«Le film et son double. Du film performatif» est un cycle de conférences-performances conçu par Erik Bullot constituées d’une performance confiée à un artiste, et d’une conférence sur les enjeux du film performatif. Cette deuxième séance du cycle réunit Franck Leibovici et Uriel Orlow autour de cette hypothèse du film performatif.

Franck Leibovici, Uriel Orlow
Le film et son double. Du film performatif. Séance 2

Cette deuxième séance du cycle «Le film et son double» réunit Franck Leibovici pour une intervention intitulée «Des cartes de conversation (une négociation)», autour du thème de la conversation, sa transcription et sa cartographie, et Uriel Orlow qui évoquera, au cours de sa conférence performance Unmade Film: The proposal, son projet Unmade Film constitué d’un ensemble élargi d’éléments audiovisuels qui tendent vers la structure d’un film sans l’atteindre totalement.

Unmade Film est une collection élargie d’éléments audiovisuels qui tendent vers la structure d’un film sans l’atteindre totalement. Unmade film prend comme point de départ l’hôpital psychiatrique de Kfar Sha’ul à Jérusalem. Initialement spécialisé dans le traitement des survivants de l’Holocauste — dont une parente de l’artiste —, il a été créé en 1951 sur les restes du village palestinien de Deir Yassin, lieu d’un massacre de la population par des milices paramilitaires sionistes en avril 1948. La recherche et la production de ce projet ont été menées entre 2011 et 2013. Les différents éléments du travail se sont nourris d’échanges et de collaborations avec des psychologues, des infirmières psychiatriques, des historiens, des musiciens, des élèves, des acteurs amateurs, conservateurs, artistes et autres.

Uriel Orlow présentera sa conférence-performance intitulée Unmade Film: The Proposal. Dans ce dernier élément de Unmade Film, l’artiste revient sur les prémisses du projet, explorant à la fois son avant et son après. A la manière d’une proposition filmique, il relie sa propre histoire familiale, le village de Deir Yassin, des questions relatives aux structures narratives et l’éventuelle impossibilité de réaliser ce film. La performance associe narration, autobiographie et interrogatoire à la présence testimoniale du public.

Ce cycle de conférences-performances proposé par Erik Bullot interroge l’hypothèse du «film performatif». La performance ou la conférence bonimentée peuvent-elles se substituer au film? Peut-on faire un film avec des mots? Ce format familier à de nombreux artistes induit des déplacements de la salle au musée, de l’image à la parole, de l’enregistrement au spectacle vivant. Chaque séance est l’occasion de programmer une double performance en croisant la parole d’artistes et de théoriciens en vue de tester la validité de l’hypothèse.