PHOTO

Le Cadeau

PPierre-Évariste Douaire
@12 Jan 2008

Le cadeau que propose Gelitin est une piscine humaine où chacun est invité à aller se baigner, c’est-à-dire à se mélanger, à se coller. Entre art relationnel et art environnemental, se posent d’une façon joyeuse et ludique les questions du corps et du rapport aux autres.

Le collectif Gelitin va prendre possession d’un des deux espaces de la galerie Emmanuel Perrotin. La seule chose que l’on peut savoir c’est qu’ils vont nous préparer une surprise et que se sera Le Cadeau.

Composé de trois Autrichiens et d’un Allemand, ce quatuor de plasticiens propose des projets aux lieux qui les accueillent. Les qualifier de nomades n’est pas leur faire injure, tant ils se déplacent tout au long de leur manifestation. On les retrouve à Liverpool, à New York et jusqu’au Japon. Artistes exigeants, ils appartiennent au circuit international de l’art contemporain. Les institutions les plus prestigieuses, comme les galeries privées, les invitent pour des performances, des installations uniques. L’inattendu, la surprise, est toujours au rendez-vous.

La discrétion des membres sur leur âge (autour de la trentaine), le caractère cosmopolite de leur groupe, le vagabondage international, suscitent autant le mystère que la sympathie. Ancrés de plain-pied dans les années 1990, autant par leur mode de fonctionnement que de regroupement, ces quatre trublions jouent une partition héritée d’une décennie qui a adulé et récompensé les collectifs et autres groupe d’artistes, on pense en France au trio formé de Philippe Parreno, Pierre Huyghe, Dominique Gonzalez-Foerster.

Présents dans les grandes rencontres internationales, ils amènent avec eux une part d’indéterminé et de spontanéité. Toujours imprévisibles, ils construisent le plus souvent des espaces à l’intérieur des murs. À l’aide de matériaux rudimentaires comme le carton, le bois, ils fabriquent des cloisons, des murs, des pièces non pour couper ou quadriller l’espace, mais pour proposer des rencontres, des mélanges. Nicolas Bourriaud (actuellement à la tête du Palais de Tokyo) pourrait labeliser ce groupe de son « esthétique relationnelle ». Leurs shows sont des événements des plus enthousiasmants. Le vernissage devient le moment privilégié pour faire fonctionner, pour expérimenter, l’œuvre. Tout à la fois mondains, ludiques et expérimentaux, ces moments sont uniques et difficilement cernables pour celui qui les aurait manqués.

Le samedi 9 novembre n’a pas dérogé à la règle, car la galerie faisait salle comble. Moment unique, elle était transformée en piscine, avec son vestiaire et sa salle d’eau. Plus proche du sauna, le jeu consistait à aller se baigner dans une marée humaine. Le bassin était composé de dix personnes opulentes — spécialement requises pour l’occasion — imbriquées les unes aux autres. Le spectateur était invité à se déshabiller et à aller se baigner, c’est-à-dire se coller aux autres participants. La salle était recouverte du sol au plafond d’une bâche en plastique qui collait les baigneurs.
Le tumulte joyeux de ce type d’intervention présente des contraintes de temps et d’accueil. La file d’attente comme l’inquiétante étrangeté du lieu pouvait vaincre les velléités du plus grand nombre. Événement unique pour le vernissage, cette installation-performance sera de nouveau activée pour le dernier jour de l’exposition.

Lieu d’échange et de convivialité, les pièces (au double sens du mot) que Gelitin propose impliquent un rapport au corps inattendu. Que ce soit dans la fabrication d’un bar sous un escalier, ou dans la fabrication d’une piscine où l’eau est remplacée par des bouteilles de plastique vides, les propositions sont toujours ludiques et joyeuses.
Une grande joie participe à l’événement, des petits moments de vie sont créés avec peu de moyens. Mais la portée des performances ne se réduit pas à une simple rencontre, ni à un simple jeu. L’accumulation, comme la création d’espaces propices à la rencontre, permettent un autre rapport au monde et aux autres. L’art de l’instant prime, comme le démontre le refus des artistes à enregistrer le vernissage.

Gelitin
Gelitin a transformé la galerie en piscine. Les cloisons sont en carton, bois et plastique. La piscine humaine en guise de performance sera faite le premier et le dernier jour de l’exposition.
Le Cadeau, 2002. Installation, bois, carton, plastique, vapeur d’eau. Dimension : toute la galerie.

Sans titre, 2000. Série de photo couleur, encadrement. 61,50 x 41,50 cm.
Sans titre, 2000. Série de photo couleur, encadrement. 41,50 x 61,50 cm.
True love 4, 2001. Collage. 33 x 38 cm.
Sans titre, 2002. Peluche, photo. 5 x 7 x 4 cm.
Sans titre, 2002. Peluche, photo. 13 x 7 x 6 cm.
Sans titre, 2002. Peluche. 12 x 11 x 7 cm.
Sans titre, 2002. Peluche. 42 x 19 cm.
Sans titre, 2002. Peluche. 85 x 120 x 54 cm.
Sans titre, 2002. Peluche. 40 x 33 x 36 cm.
Sans titre, 2002. Peluche. 30 x 26 x 22 cm.
Sans titre, 2002. Peluche. 58 x 25 x 20 cm.
Sans titre, 2002. Peluche, huile, bocal, caisson lumineux. 50 x 24 x 27 cm.
Always quak — co. with SaraGlaxia, 2002. Dessin. 42 x 60 cm.
True love 4, 2002. Dessin, encadrement. 46,50 x 34 cm.
True love 4, 2002. Collage. 26,50 x 43 cm.

AUTRES EVENEMENTS PHOTO