DESIGN | EXPO

L’avide

28 Jan - 11 Fév 2016
Vernissage le 28 Jan 2016

La galerie Mizen Fine Art expose les céramiques contemporaines du japonais Hoshino Tomoyuki. «L’avide» réunit les pièces réalisées par le céramiste avec la technique Neritsugi, une technique qui lui permet de travailler séparément les différentes parties d’un même objet et de conférer à ce dernier un effet marbré de blanc et de rose.

La galerie Mizen Fine Art présente «L’avide», une exposition personnelle du japonais Hoshino Tomoyuki. Il y a dix ans, à l’âge de 27 ans, Hoshino Tomoyuki décidait soudainement de quitter son emploi et de partir étudier l’art de la céramique à Kyoto. Il travaille aujourd’hui avec la technique Neritsugi, un mélange des techniques traditionnelles Nerikomi et Dotsugi. Appelée «nériage» en français, la technique Nerikomi consiste à mélanger des terres de couleurs différentes dans le but de créer un effet marbré. Dotsugi est quant à elle une technique permettant de rassembler diverses parties d’un objet lorsque l’artiste choisit de les travailler indépendamment les unes des autres.

Hoshino Tomoyuki réalise d’abord la partie inférieure du corps de l’objet avec Nerikomi, pour obtenir un effet marbré, puis il passe à la partie supérieure. Il assemble ensuite les deux grâce à l’utilisation de la technique Dotsugi qui laisse apparaître une ligne de jonction rose au milieu de la pièce de céramique. Le rose crée ainsi un contraste avec la blancheur du kaolin (roche argileuse blanche).

Neritsugi, la technique utilisée par Hoshino Tomoyuki, nécessite de déterminer à l’avance la forme et la taille de chaque pièce mais aussi la proportion du blanc dans l’objet final. Une fois ces paramètres déterminés, le céramiste commence à tourner la terre, un geste qu’il affectionne puisqu’il «se sent littéralement fondre comme la terre sur le tour de potier». Les céramiques d’Hoshino Tomoyuki ont la forme de bols, puisqu’elles s’élargissent progressivement vers le haut. On y observe bien, sur la partie inférieure, un effet marbré aux cercles de plus en plus larges surmontés un peu plus haut d’une ligne de jonction rose. Hoshino Tomoyuki taille ensuite les bords du bol en cinq arêtes.

La galerie Mizen accorde de l’importance au toucher des œuvres d’art, c’est pourquoi elle autorise les visiteurs à prendre les céramiques dans leurs mains pour pouvoir percevoir le décalage entre leur apparente légèreté et leur poids réel en tant qu’objet.