ART | EXPO

L’avenir d’une illusion

18 Sep - 30 Oct 2009
Vernissage le 17 Sep 2009

Avec «L' avenir d'une illusion», les convictions les plus intimes de tout être humain sont mises en doutes. Les oeuvres réunies au Frac Champagne-Ardenne sont très hétérogènes mais un élément les rassemblent : elle produisent toutes une illusion.

Christian Andersson, Davide Balula, Nicolas Boulard, Benoît Broisat, Claude Closky, Willem Cole, Sébastien Gouju, Harold Guérin, Raymond Hains, Alain Jacquet, Philippe Mayaux, Laurent Montaron, Joao Penalva, Bruno Perramant, Uri Tzaig
L’avenir d’une illusion

L’exposition s’inscrit dans le cadre de Collections D’automne proposant, de septembre à décembre 2009, un vaste panorama des activités des Fonds régionaux d’art contemporain membres de l’association Platform.

À l’invitation du centre d’art contemporain Passages, le Frac Champagne-Ardenne a conçu une exposition dans laquelle sont réunies des oeuvres de sa collection réalisées par des artistes de générations et de nationalités différentes ainsi que des oeuvres produites spécialement à cette occasion par un jeune artiste lorrain ayant été récemment invité à travailler en Région dans le cadre de la résidence d’artistes interrégionale des Frac du Grand Est.

L’exposition explore la question de la perception. Partant d’un constat – chacun des sens humains peut être trompé, que ce soit de manière objective (illusion d’optique) ou subjective (différence ou absence de perception, désir de croire…) – elle réunit des oeuvres qui, toutes, produisent une illusion. L’être humain perçoit en effet par les sens, mais également par l’esprit ; il perçoit donc en fonction des stéréotypes qu’il a en mémoire. La notion de perception est d’ailleurs appréhendée, en psychologie, comme le processus de recueil et de traitement de l’information sensorielle. Ainsi, une perception déformée d’un sens constitue une illusion. L’expérimentation permet de la révéler. Pourtant, c’est bien souvent l’illusion qui, confrontant soudainement l’Homme à une réalité «à plusieurs entrées», l’ amène à considérer et à imaginer d’autres possibles. C’est cette dimension que L’avenir d’une illusion se propose d’explorer.

Prenant pour titre celui d’un ouvrage du célèbre psychanalyste autrichien Sigmund Freud publié en 1927, cette exposition rassemble un corpus d’oeuvres très hétérogènes, mais qui ont toutes en commun de mettre en doute les convictions les plus intimes de tout être humain. Ainsi, certains artistes, tels Christian Andersson ou Harold Guérin, jouent sur les illusions d’optique pour mieux tromper le spectateur. D’autres encore, à l’instar de Benoît Broisat, s’approprient des effets spéciaux résolument «lowtech» qui modifient la perception du spectateur, pour paradoxalement le confronter à la réalité du conflit afghan. Chez Sébastien Gouju, c’est par le détournement d’éléments familiers que s’opère ce trouble de la perception. Ces illusions peuvent également résulter de savants jeux d’échelle et prendre des formes pour le moins psychédéliques – le Jupiter Donut en orbite d’Alain Jacquet – ou beaucoup plus poétiques, avec l’installation silencieuse de Davide Balula.

Autant de propositions troublantes qui s’appréhendent par l’expérimentation et la confrontation directe avec les oeuvres et mettent à mal les certitudes du visiteur.

Informations pratiques :
Exposition au Frac Champagne-Ardenne, site de Troyes, 20bis Boulevard Gambetta.