ART | EXPO

Un autre monde///dans notre monde

23 Mar - 02 Juin 2019

L’exposition « Un autre monde///dans notre monde » au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, à Marseille, s’intéresse au réalisme fantastique, mouvement des années 1960, et met en lumière ses échos dans la création contemporaine à travers des dessins, sculptures, installations, photographies, vidéos et éditions de Véronique Béland, Julien Creuzet, Jean-Louis Faure, Laurent Grasso, Giulia Grossmann ou encore Adrian Paci.

L’exposition « Un autre monde///dans notre monde » au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, à Marseille, réactive le mouvement majeur de la contre-culture des années 1960 qu’était le réalisme fantastique en observant ses échos dans la création contemporaine à travers les travaux et éditions d’une cinquantaine d’artistes : des dessins, sculptures, installations, photographies, vidéos, d’Abdelkader Benchamma, Julien Creuzet, Nicolas Floc’h, Laurent Grasso, Magdalena Jetelovà, Abraham Poincheval ou encore Marie Voignier.

Une évocation contemporaine du réalisme fantastique

L’exposition vise à réactiver la notion de réalisme fantastique, inventée dans les années 1960 par Louis Pauwels et Jacques Bergier, pour lesquels la science moderne avait révélé l’existence « derrière du visible simple, de l’invisible compliqué ». Elle relance une quête de savoir qui tend à dépasser la contradiction apparente entre matérialisme et spiritualisme, en mêlant l’art et la technologie, l’érudition et la culture populaire, l’ésotérisme et la physique quantique, le réel et l’imaginaire…

Ainsi le projet « Un autre monde///dans notre monde », entre exposition collective itinérante, colloque et laboratoire d’expérimentation épistémologique, entend-il explorer notre rapport au réel à travers de multiples domaines de la création et de la connaissance. Surtout, il met en lumière les échos du réalisme fantastique dans la création contemporaine.

« Un autre monde///dans notre monde » : J.-L. Faure, L. Grasso, G. Grossmann…

L’exposition développe deux axes de réflexion : le premier, rétrospectif, critique et pédagogique, analyse le réalisme fantastique en tant que phénomène de société et pointe les diverses formes de sa postérité dans la culture populaire et la création contemporaine, tandis que le second, majoritaire, est prospectif et expérimental, et cherche à réactiver l’approche du réalisme fantastique à travers les œuvres d’artistes contemporains et des questionnements actuels.