ART | EXPO

L’amitié

23 Fév - 27 Fév 2016
Vernissage le 22 Fév 2016

Olga Boldyreff occupe durant quelques jours la galerie RDV pour une exposition-performance de courte durée. Elle propose aujourd’hui une exposition de peinture augmentée de lectures de textes et poèmes sur la danse, inspirée de son amitié avec la danseuse Sylvie Puiroux.

Dans la prolongation de «L’amour est plus fort que la mort», la galerie RDV invite une nouvelle fois Olga Boldyreff pour une exposition de danse en peinture inspirée de son amitié avec la danseuse Sylvie Puiroux. Pensée comme une rencontre, l’artiste sera présente toute la semaine de l’exposition. Chaque jour, Olga Boldyreff offrira une lecture d’un texte ou poème sur la danse à 18h30.

Le travail de l’artiste franco-russe Olga Boldyreff, se caractérise par une approche transdisciplinaire. Depuis les années 1980, elle se joue de tous les codes, passant joyeusement de l’écriture au dessin, de la peinture à la sculpture, de la vidéo à la radio, de la photographie à la poésie, des spectacles/performances aux conférences d’histoire de l’art. Avec «L’amitié» elle défend l’une des valeurs qui lui est chère.

«Nous avons coutume aujourd’hui de ne voir dans l’amitié qu’un phénomène de l’intimité, où les amis s’ouvrent leur âme sans tenir compte du monde et de ses exigences. […] Aussi nous est-il difficile de comprendre l’importance politique de l’amitié.» Hannah Arendt, Vies politiques (1974).

Pour Olga Boldyreff, l’amitié s’étend bien au-delà du territoire des relations personnelles, elle ne s’exerce pas uniquement sur le registre du sentimental et de la confidence. Sa vision de l’amitié est celle d’un lieu où les idées se formulent  dans une pluralité démocratique. Ce berceau permet à l’amitié d’interagir avec les autres, elle devient un lieu de dialogue et de négociation  pour toutes les idées. Ainsi, en permettant de se penser en rapport avec les autres, l’amitié combat l’individualisme sur lequel se fonde l’idéologie capitaliste du monde de l’art. Elle impulse l’idée révolutionnaire que, prise comme modèle de solidarité elle est capable de produire du changement  dans le champ artistique et politique.

L’amitié entre Sylvie Puiroux et Olga Boldyreff a commencé autour de leur enthousiasme et de leur curiosité pour l’art, la danse contemporaine pour Sylvie Puiroux, les arts visuels pour Olga Boldyreff. En créant de fructueux dialogues, les relations entre la danse et les arts plastiques ont nourri quelques chapitres de l’histoire de l’art. Les artistes Sylvie Puiroux et Olga Boldyreff ont exploré ces domaines ensemble ou séparément, faisant surgir des paysages inédits. L’exposition «L’amitié» révèle le potentiel d’un travail collaboratif à long terme.