ART | EXPO

L’air des géants

27 Août - 13 Sep 2015
Vernissage le 27 Août 2015

Dix œuvres monumentales sont déployées sur le parc de la Villette. Conçues par des artistes internationaux, elles sont toutes en plastique gonflable ou en tissu. Leurs dimensions sont colossales, alors qu’il leur aura suffi d’être transportées dans une valise pour arriver jusqu’à la Villette.

Stefan Sagmeister, Choi Jeong Hwa, Les Plasticiens Volants, Johan Muyle
L’air des géants

Dix œuvres monumentales sont déployées sur le parc de la Villette et en esquissent un parcours inédit où dialoguent bâtiments emblématiques et œuvres contemporaines. Les œuvres présentées, toutes en plastique gonflable ou en tissu, sont conçues par des artistes internationaux qui ont ressenti le besoin d’espace pour s’exprimer. Ces œuvres atteignent des dimensions colossales, alors qu’il leur aura suffi d’être transportées dans une valise pour arriver jusqu’à la Villette.

Le «Gonflable» apparaît comme un média récurrent dans la scène de l’art actuel et un passage dans la carrière d’un artiste, une sorte de confrontation nécessaire à la matière à un moment donné. Niki de Saint Phalle avait signé quelques Nanas surprenantes en PVC, Christo y a trouvé le matériau idéal pour rentrer dans le Guinness Book des records en concevant la plus grande sculpture jamais créée, Anish Kapoor en a constitué son projet pour la Monumenta 2011, Paul McCarthy en a fait un de ses médias préférés des années 2000 pour des sculptures aux formes insolites.

Apparitions fantastiques, immersion dans des installations qui se transforment au gré de nos mouvements, symboles de l’artifice ou du street art, toutes ces œuvres encouragent le mouvement du spectateur et le conduisent à repenser son environnement, à voir la ville sous un angle différent.

Liste des œuvres:
— Stefan Sagmeister (Etats-Unis), Everybody Always Thinks They Are Right, créée en 2007. 10 m de longueur chacun.
Cette œuvre est composée de grands singes qui chacun tient une bannière contenant un mot de la phrase: «Tout le monde pense toujours qu’il a raison».
Stefan Sagmeister est une figure marquante du design et du graphisme. Dans ses créations, il remet en cause la frontière entre art et design et s’amuse à transgresser cette limite.

— Choi Jeong Hwa (Corée du Sud), White Lotus, créé en 2015. 8 m de diamètre, 3,5 m de haut. Tissu, souffleur d’air, moteur, minuterie.
— Choi Jeong Hwa (Corée du Sud), Fruit Tree, créée en 2015. 7m de haut. Tissu, châssis en acier, souffleur d’air, moteur.
— Choi Jeong Hwa (Corée du Sud), About Being Irritated, créée en 2015. Plastique. 8m de long x 4,3 m de haut.
Né en 1961 à Séoul, l’artiste coréen Choi Jeong Hwa utilise des matériaux bons marchés, des objets du quotidien qu’il accumule et assemble pour créer des sculptures tocs et kitsch souvent issues de l’imagerie traditionnelle et mythologique coréenne. La plupart des récentes structures gonflables géantes de Choi Jeong Hwa sont de forme florale, comme le lotus, et créées en monochrome. La fleur se gonfle et se dégonfle en permanence par un système de ventilateur, simulant une respiration.
La série des «Robots» a débuté en 1995. Pour l’artiste, le robot ne mange pas, mais il peut se mouvoir, c’est ce qui le rend si attrayant. Mais il ne se déplace pas bien loin… Cet humanoïde gonflé à bloc est couché sur le dos et tente de se lever par lui-même en poussant avec une seule main. Sa signification est symbolique et induit un positionnement sur les problématiques politiques et sociales de la Corée.

— Les Plasticiens Volants (France), Poulpe, 2015. 8 x 8m au sol, 8m de haut, les tentacules s’étendent sur 10m de chaque côté.
Les Plasticiens Volants sont une compagnie de théâtre de rue fondée en 1976 par Marc Mirales, qui investit les villes des 5 continents avec ses créatures.

— Johan Muyle (Belgique), Fluctuat Nec Mergitur, créée en 2012. 10 x 54 m de haut. PVC imprimé
Malgré son naufrage imaginaire, cette drôle d’embarcation semble continuer de tenter d’aller de l’avant et délivre un singulier message d’espoir.
Johan Muyle est le créateur d’un monde peuplé d’objets inattendus. Le plasticien wallon poursuit son exploration de l’histoire de son pays et de la culture populaire, tout en proposant un regard critique et poétique sur l’époque. Ses dernières œuvres posent un regard critique singulier, poétiquement distancié sur la condition humaine, la radicalisation des religions, la disparition des utopies collectives et sur l’actualité.