DANSE | SPECTACLE

Laetita fait péter Artdanthé/ L’Effet de Serge

03 Fév - 04 Fév 2012

Dans le cadre du festival Artdanthé, Laetitia Dosch porte un regard plein de fantaisie sur nos inquiétudes contemporaines, dans un solo alliant causticité et pertinence, tandis que Philippe Quesne fêtera la 160e représentation de L’Effet de Serge, pièce qui interroge l’économie actuelle de production des spectacles vivants, cette injonction au bricolage qui se maquille en choix esthétique.

Laetita Dosch, Philippe Quesne
Laetita fait péter Artdanthé/ L’Effet de Serge

Lætitia Dosch, Lætitia fait péter Artdanthé [création]

“A l’âge de l’enfermement, le dandysme de masse décrit la condition d’un homme assis sur un tas d’ordures et qui rit. Il connaît chaque déchet du tas, et c’est parce qu’il les connaît qu’il s’est pris à rire. Il n’est pas un barbare. Il est même tout le contraire. C’est un être sensible, féminin, incapable de violence. Il a simplement abdiqué. S’il rit, c’est parce qu’il a choisi de vivre sur ce tas d’ordures et non contre ce tas d’ordures. Il en a fait sa maison, sa garde-robe, son fumoir et sa bibliothèque.”
Camille de Toledo, Archimondain Jolipunk

Imitatrice de talent dotée d’une plume mordante, Lætitia Dosch nous emmène dans un tourbillon d’énergie au delà des limites de l’humour noir, quelque part entre Nietsche et Pierre Richard. Femme-orchestre, touche à tout, tout un programme!
Un projet de Laetitia Dosch et Francois Gremaud

Vendredi 3 février 19h30. Salle Panopée. Durée: 1h

Philippe Quesne, L’Effet de Serge, 2007

Dans son appartement pavillonnaire, Serge concocte avec les moyens du bord des spectacles d’effets spéciaux d’une minute qu’il joue chaque dimanche devant un parterre d’amis.
Philippe Quesne est pour le moins économe dans son approche de la théâtralité, peu d’effets de jeu, de techniques, de paroles. Des cloisons en placoplâtre, une baie vitrée ouvrant sur un jardinet, un bout de moquette, TV, HIFI, table de pingpong sont les éléments du décor recyclés des anciens spectacles (La Démangeaison des ailes, Des Expériences, D’après Nature).
Des “ modèles ” selon le mot de Bresson, fidèles complices de Quesne occupent le plateau, avec cette fois-ci en solo Gaëtan Vourc’h dans la peau de Serge, personnage de la fiction. Vourc’h, en cosmonaute, annonce au public le protocole des productions du Vivarium Studio : “ en général, on commence les spectacles par la fin du spectacle d’avant ; l’année dernière je jouais dans D’Après Nature, un spectacle qui se terminait comme ça, j’étais en cosmonaute. On était d’ailleurs plusieurs à être en cosmonaute. Là je vais jouer l’Effet de Serge, un spectacle autour de la vie de Serge et qui se passe chez lui ”. Il présente le lieu de vie de Serge, artiste concepteur de projets.
Que signifie la pratique d’un artiste qui bricole chez lui des minis spectacles à peu de frais devant un auditoire amical? Quesne porte un regard amusé sur ce qui pourrait être une tendance actuelle du discours des professionnels, une apologie des projets conçus avec peu argent (alors que sur certaines scènes perdure un excès de moyens) ? Cet encouragement au bricolage ne sous-tend pas le principe esthétique, disons d’un post théâtre pauvre, dont la pauvreté consistait à réduire les artifices du théâtre au profit d’une poétique du jeu de l’acteur, mais constitue un argument économique de la politique culturelle. Pascale Gateau
Production Vivarium Studio / coproduction : Ménagerie de Verre – Paris, dans le cadre des résidences. Avec le soutien du Forum-scène conventionnée de Blanc-Mesnil, festival actOral Montévidéo – Marseille

Conception, mise en scène et scénographie : Philippe Quesne
Interprétation : Gaëtan Vourc’h, Isabelle Angotti, Rodolphe Auté… et des invités locaux
Musiques : André Prévin, Gillian Hills, Howe Gelb, Sophia Loren, Wagner, John Cage, The Patriotic Sunday, Sparklehorse, Colleen, Antoine Duhamel, Willy Deville, Arnold Goland, Abbc, Vic Chesnutt, Led Zeppelin, José Feliciano.